Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

12 avril 2019

Le coeur est un chasseur solitaire

Roman de Carson McCullers. Mike Kelly est une gamine qui ne rêve que de musique et qui grandit subitement. « Cet été fut une expérience sans précédent dans l’existence de Mike. Il ne s’était rien produit qui puisse de décrire par des pensées ou par des mots – mais la sensation de changement n’en était pas moins réelle. » (p. 92) Biff Brannon est un brave propriétaire de bar qui voudrait aider tous les misérables. Le Dr Copeland est un noir qui porte un grand projet pour ses frères de couleurs. « Les visages souffrants... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2019

Les formidables aventures de Lapinot - Amour et intérim

Bande dessinée de Lewis Trondheim. C’est l’été et Lapinot cherche un boulot. Richard lui propose d’intégrer Damoclès, une entreprise aux méthodes et aux métiers peu orthodoxes, qui œuvre dans un but finalement assez peu catholique. « À prendre les êtres humains pour des insectes sur lesquels vous avez le droit de vie et de mort, c’est vous qui finirez écrasé comme une mouche. » (p. 46) Lapinot préfère s’abstenir, mais voilà qu’il trouve une mallette contenant un million de francs. En cherchant à la rendre à son... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
08 avril 2019

Une saison amère

Roman de John Steinbeck. La famille d’Ethan Allen Hawley possédait autrefois une grande partie de la ville de New Baytown. Désormais, Ethan est commis dans l’épicerie qui appartenait à son père. Son épouse Mary et ses enfants Allen et Ellen savent plus ou moins subtilement lui reprocher leur pauvreté et la perte de leur niveau social. « L’argent effacerait les sourires méprisants sur les visages de tous ces affreux bêcheurs. / Personne ne méprise les Hawleys. / C’est ce que tu crois ! Tu ne le vois pas, c’est tout. /... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 avril 2019

Potins #66

Marguerite Duras est une autrice française née en 1914 et décédée en 1996. POTIN - Dans un entretien donné à Bernard Pivot, elle a estimé que Jean-Paul Sartre n'avait jamais écrit. Lisez : L'amant, La douleur (j'ai lu ces deux-là bien avant l'ouverture de mon blog !), Un barrage contre le Pacifique, Moderato Cantabile, Les petits chevaux de Tarquinia, Let à peu tout ce qu'elle a écrit !
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
05 avril 2019

Bacchantes

Roman de Céline Minard. « Un vin exceptionnel doit être ouvert, décanté et apprécié dans des conditions elles-mêmes exceptionnelles. » (p. 20) Un typhon se rapproche de Hong Kong. Tout le monde se confine pour laisser passer le cataclysme. Mais l’inspectrice Jackie Thran est sur le pied de guerre pour gérer un braquage pour le moins original. Un groupe de femmes en talons aiguilles a infiltré la plus grande cave du monde et piégé les bunkers enterrés qui abritent des bouteilles inestimables. Et elles sont facétieuses, ces... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
03 avril 2019

Les formidables aventures de Lapinot - Walter

Bande dessinée de Lewis Trondheim. Lapinot est ici est un étudiant en médecine et Richard un journaliste et, à vue de nez, on se trouve dans les années 40. Par un concours de circonstances, ils se retrouvent face à un monstre immense dans un immeuble haussmannien. « Tout ça est formidable, non ? Vous avez déjà suivi une affaire plus excitante ? / Oui… elle mesurait 1,70 mètre et je l’ai épousée. » (p. 13) L’affaire devient encore plus intéressante quand il est soudain question de manipulations génétiques sur... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
01 avril 2019

Trois nuits au Palais Farnese

Texte de Philippe Claudel. Un livre pareil, ça ne se résume pas, ou alors mal, et ça devient une note sur un site de voyage. Ce serait laid et triste. Le titre dit tout et ouvre grand la porte à l’imagination. « Je suis dans un palais délaissé par le prince. Je suis dans un palais où seule la nuit s’impose en monarque. » (p. 10) Dans les pièces sombres de l’imposant bâtiment, on a droit à un son et lumière fascinant. Suivre Philippe Claudel le noctambule, c’est un peu comme avoir une chambre à soi, avec vue sur le Tibre.... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]