Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

15 novembre 2019

L'appel

Wallendorf_AppelRoman de Fanny Wallendorf.

En 1957, Richard a 10 ans quand il commence le saut en hauteur. Il n’est pas très doué, mais il continue parce que cela lui permet de côtoyer ses amis. « Sa course d’appel n’est pas terrible, et son impulsion ne lui permet de monter assez haut. » (p. 18) Que ce soit en ciseaux ou en enroulé ventral, Richard échoue à dépasser 1m62 pendant des années. Et un jour, par hasard, il s’élance en un saut dorsal qui l’élève bien au-dessus de la barre et du tapis. Dès lors, Richard est déterminé à perfectionner la technique qu’il a inventée. « Champion mec, où t’as appris cette technique ? […] / Nulle part. je voulais juste passer la barre. » (p. 78) Du lycée à l’université, de la menace de la mobilisation pour le Vietnam aux sélections des Jeux olympiques de Mexico en 1968, Richard est un hurluberlu qui assume sa différence et s’attache à ne jamais faire comme les autres. Parce que c’est la meilleure technique qu’il a trouvée pour réussir. « Je crois qu’on apprend par les détours les plus saugrenus. » (p. 262)

Fanny Wallendorf s’est librement inspirée de la vie de Richard Fosbury, inventeur du saut auquel il a donné son nom, mais en respectant scrupuleusement ses exploits sportifs. Le personnage qu’elle présente est un athlète têtu qui a révolutionné sa discipline sportive jusqu’à la consécration aux Jeux olympiques. Au collège et au lycée, le saut en hauteur était ma hantise, pire encore que l’endurance avec ses tours ineptes et répétitifs autour du stade. Cependant, j’ai énormément apprécié la façon dont l’autrice déploie le mental de Richard. Le jeune homme multiplie les rituels secrets pour atteindre le plus haut niveau de concentration et découvrir les limites de son corps afin de mieux les dépasser. « Il se concentre. Il sollicite la mémoire de son corps. Visualise sa course du début à la fin. La réalise sans bouger d’un pouce. Se sent atteindre un palier, puis deux, puis trois. Éprouver l’impulsion. Sens venir le mouvement. » (p. 68) D’entraînements forcenés en répétitions obstinées des mêmes gestes, le sportif efface de nouvelles hauteurs. Mais c’est plus qu’un athlète que Fanny Wallendorf nous offre sur le papier avec son premier roman, c’est une vie qui s'élève entre amours, amitiés, bonheurs, peines, progrès et espoirs. L’appel est un des plus beaux livres que j’ai lus en 2019.

Lu dans le cadre du prix Sport Scriptum.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur L'appel

Nouveau commentaire