Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

18 novembre 2019

Le joueur et son ombre

Matthieussent_Joueur et son ombreRoman de Brice Matthieussent.

Chris Piriac est un jeune tennisman très talentueux. Tout le destine à atteindre les meilleurs classements. Son début de carrière est exemplaire, mais la relation que l’athlète entretient avec son père, qui est aussi son entraîneur et son agent, est si négative qu’elle finit par tirer Chris par le bas. « J’avais réussi avec son aide à me hisser au sommet de la hiérarchie du tennis, et il bénéficiait de ma célébrité ainsi que de ma fortune. » (p. 15) Le jeune homme se laisse aller à l’alcool, aux drogues et aux soirées qui sont parfaitement incompatibles avec l’hygiène de vie d’un sportif de haut niveau. « Les folies de la nuit contaminaient le jour. […] Je refusais d’ouvrir les yeux, de renoncer au dessin anguleux qui dirigeait désormais ma vie. Une partie de moi-même savait que je courais à ma perte, mais j’ai refusé d’entendre cette voix ténue, qui a fini par se taire. » (p. 123) Puis sa route croise celle d’un autre tennisman : pour une insulte, sa vie bascule, et rien ne dit que la rédemption sera possible. La descente aux enfers n’en finit pas, et ce ne sont pas les superstitions et autres grigris dont il balise son quotidien qui aideront Chris à reprendre pied. « L’horizon, ou mon avenir, me semblait abriter une réserve inépuisable de cauchemars, tous liés au tennis, à ses règles, à son matériel. » (p. 120)

Entre vengeance subie et revanche voulue, l’histoire de Chris est de celles qui émeuvent autant qu’elles édifient. Parce que l’homme aime les héros, qu’il aime aussi les voir chuter de leur piédestal et qu’il aime encore plus les voir tenter de reconquérir leur gloire perdue, surtout s’ils échouent. Le destin du héros de Brice Matthieussent est aussi jubilatoire qu’une balle qui frôle le filet, mais qui s’écrase de l’autre côté, et aussi frustrant que cette raquette qui manque d’un cheveu de renvoyer la balle au fond du court de l’adversaire. Et cette ombre, quelle est-elle ? C’est à la fois celle qui est physiquement attachée à chaque mouvement du joueur sous le soleil ou les projecteurs. C’est aussi le mauvais conseiller qui chuchote fielleusement à l’oreille de l’athlète. C’est enfin ce qui reste du sportif quand tout l’a abandonné. Pour se départir de cette dernière, il n’y a que deux solutions : l’overdose de lumière pour abolir toutes les silhouettes, ou l’enfouissement dans le noir pour les fondre dans la pénombre. Quant au roman de Brice Matthieussement, il rayonne de talent et je le conseille, même à ceux que les échanges de balles indiffèrent.

Lu dans le cadre du prix Sport Scriptum.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [0] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Le joueur et son ombre

Nouveau commentaire