Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

12 octobre 2020

Une femme en contre-jour

Josse_Femme en contre-jourRoman de Gaëlle Josse.

« Sa surexposition posthume est aussi brillante que sa vie fut obscure. » (p. 28) D’origine française et autrichienne, née à New York de parents immigrés, Vivian Maier a produit une œuvre considérable derrière ses appareils photo. « Où sont-ils, que sont-ils devenus, d’ailleurs, tous ces clichés pris chaque jour pendant ces dizaines d’années, par milliers, par dizaines de milliers ? Elle n’en a pas vu beaucoup. Tout dort dans des boîtes, des cartons, des valises, au fond d’un garde-meuble qu’elle ne peut plus payer depuis des années, dont elle a oublié l’adresse. Tout a-t‑il été jeté, vendu ? C’est sans importance, maintenant. C’est le passé. » (p. 14) Mais ce n’est qu’après sa mort, en 2009, que son travail est découvert et révélé au public. Ce que propose Gaëlle Josse, c’est de reprendre du début l’histoire de cette artiste singulière : sa naissance, son enfance pendant la Grande Dépression, les aller-retour entre l’Amérique et la France, la vie familiale houleuse, le départ pour Chicago, ses postes de gouvernante auprès de nombreux enfants, les voyages, son excentricité et peut-être sa folie.

Vivian Maier est célèbre pour ses autoportraits, mais surtout pour ses scènes de rue. « Tant de visages, d’instants de vie, d’inconnus qui semblent proches. Une bouleversante humanité y circule, et aussi une absolue maîtrise de la prise de vue. Le plus novice, le moins connaisseur des regards ne peut qu’être saisi par la densité, la force, l’unité de l’ensemble. Par cet œil posé sur la vie, sur toutes ces histoires qui se dévoilent en un cliché, histoires urbaines, dans le mouvement, dans la matière compacte de la ville. Le terrible, le tendre, le drôle, l’insolite. Le vrai. Le presque rien qui révèle un destin. » (p. 20) Et c’est bien ce que je préfère dans la photographie, les clichés pris sur le vif, les inconnus attrapés par l’objectif. Parce que pour les images posées, il y a déjà la peinture. Mais qu’on ne s’y trompe pas, l’instantané demande une maîtrise certaine, un talent, et tout le monde ne peut pas être artiste en se dotant simplement d’un appareil photo. « C’est aussi en cela que Vivian Maier ne peut être considérée comme une ‘amatrice’, avec la photo pour hobby, une distraction comme l’aquarelle ou le patchwork. Rien d’erratique, de hasardeux dans ses prises de vue. Portraits, visages, attitudes, scènes, drôles ou tragiques, sens de la composition, du cadrage, elle signe son travail. C’est une graphiste née. Elle travaille, elle essaie, elle progresse, apprivoise la technique, les réglages, lumière, vitesse, distance de déclenchement. Capturer l’instant et lui donner vie, à jamais. » (p. 88)

Je découvre une artiste avec ce texte, et rien ne me réjouit plus que d’ouvrir mon regard à une œuvre nouvelle.

Ouvrage lu dans le cadre du Prix Écrire la photographie, organisé par Place Ronde.

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]
Tags :

Commentaires sur Une femme en contre-jour

  • Je l'ai sur ma liste, parce que la photo !
    Mais comme tu dis, tout le monde n'est pas doué, une belle photo demande beaucoup de talent et de maîtrise...

    Posté par Miss Alfie, 12 octobre 2020 à 08:24 | | Répondre
Nouveau commentaire