Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

23 novembre 2020

Dames du XIIe siècle

Duby_Dames du 12e siecle

Essai de Georges Duby.

« Résignons-nous : rien n’apparaît du féminin qu’à travers le regard des hommes. » (p. 14) C’est au terme d’un long travail de recherche et d’études de sources diverses que l’auteur présente une importante analyse de la place des femmes dans la société du Moyen-Âge. Les épouses, les aïeules, les maîtresses, les religieuses et les recluses, les veuves ou encore les sorcières, toutes fascinent leurs contemporains qui, bien que torturés de désir, sont contraints par les lois de la société et de l’Église. Les figures d’Aliénor, Marie-Madeleine, Héloïse, Ève, Juette et Iseut nourrissent les récits et les imaginations.

Georges Duby décrit la façon dont l’amour courtois a été inventé, ainsi que l’art de la séduction par et pour les chevaliers. Il dépeint toutes les méthodes de l’Église pour régir les relations entre les sexes et séparer les descendances officielles des bâtardes. Mais surtout, tout est fait pour garder le contrôle sur les femmes jugées licencieuses, insoumises et pécheresses par nature.

La démonstration est claire, facile et plaisante à suivre. Je découvre le travail de Georges Duby avec cette lecture et j’apprécie vraiment la simplicité de son écriture, au service d’une pensée pourtant riche et bien menée. Je vous laisse avec quelques extraits de ce très bon texte.

« De la Résurrection, la Madeleine dut le premier témoin, donc l’apôtre des Apôtres. » (p. 39)

« Tous les dirigeants de l’Église, en tout cas, étaient d’accord pour juger nécessaire d’empêcher la femme de nuire. Par conséquent de l’encadrer. En la mariant. » (p. 58)

« La littérature chevaleresque fut toute entière composée par des hommes et principalement pour les hommes. Tous ses héros sont masculins. Les femmes, indispensables au déplacement de l’intrigue, n’y tiennent cependant que des rôles secondaires. » (p. 98)

« Comme le corps des nouveau-nés, le corps des défunts appartient aux femmes. Leur tâche est de le laver, de la parer. » (p. 161)

« La paix sociale reposait sur le mariage. » (p. 211)

« Évitons de tomber dans le travers inverse, de concevoir une histoire des femmes qui ne se soucierait pas des mâles. Au XIIe siècle comme aujourd’hui, masculin et féminin ne vont pas l’un sans l’autre. » (p. 246)

« Toute dynastie procède en effet d’un accouplement. » (p. 284)

« L’une des vertus des dames est la clémence, l’une des fonctions des dames est d’introduire un peu de mansuétude dans l’exercice de la puissance. »(p. 299)

« Le mariage, garant de l’ordre social, subordonne la femme au robuste pouvoir masculin. Bien soumise, prosternée, docile, l’épouse devient ‘l’ornement’ de son maître. » (p. 353)

Posté par Lili Galipette à 08:00 - Mon Alexandrie - Lignes d'affrontement [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Dames du XIIe siècle

  • Duby, un de mes maîtres à penser ! ❤️

    Posté par Lydia, 23 novembre 2020 à 10:22 | | Répondre
Nouveau commentaire