Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

03 juillet 2018

Alex

Roman de Pierre Lemaitre. Alex est jeune et jolie. Elle attire les regards et suscite le désir. Mais elle ne s’attendait pas à être enlevée par un homme qui lui parle à peine et l’enferme dans une petite cage en hauteur. « Quand on traite une femme de sale pute, c’est qu’on veut la tuer, non ? »  (p. 55) Combien de temps faut-il pour mourir dans de telles conditions ? L’enquête pour la retrouver piétine, mais quand elle aboutit, il est trop tard : Alex a disparu. S’ouvre alors une nouvelle enquête d’une... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

29 juin 2018

Nous rêvions juste de liberté

Roman d’Henri Loevenbruck. Hugo a grandi dans une misère affective profonde, au sein d’une famille peu aimante, et marqué par la mort de sa petite sœur. Quand il rencontre Freddy, Oscar et Alex, il se découvre une vraie famille où les amis sont des frères. « T’es un des nôtres, maintenant. On sera toujours là pour amortir la chute, mon pote. / On ne m’avait jamais rien dit d’aussi doux. » (p. 32) Les quatre gamins sont tous révoltés et bouillonnants d’énergie et glissent lentement vers la délinquance juvénile, jusqu’à... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
29 mai 2018

Samuel le petit T-Rex qui voulait être gentil

Album de Julien Leclercq (texte) et Sandrine Massuger (illustrations). Samuel n’a pas le comportement classique d’un tyrannosaure : il ne mange pas de viande et il ne veut faire peur à personne. Le spécialosaure conseille à ses parents d’envoyer Samuel dans une école d’herbivores où il trouvera peut-être sa place. Hélas, alors qu’il était la tête de Turc dans son ancienne école de carnivores, ici personne ne veut jouer avec lui, car il fait peur aux autres enfants. Sauf peut-être Imaya, une petite tricératops. « Dès lors,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
08 mai 2018

Le pouvoir

Roman de Naomi Alderman. Les femmes se découvrent un nouveau pouvoir : un fuseau placé sous leur clavicule envoie de l’électricité. Désormais naturellement armées, elles se défendent des hommes, voire les attaquent et les soumettent. « Cette fille est une sorcière ! C’est comme ça qu’une sorcière tue un homme. » (p. 34) Avec cette foudre au bout des doigts, les femmes peuvent détruire, mais aussi protéger et guérir. Elles se constituent en groupes et peu à peu en gouvernement et même en religion. « C’est la... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 février 2018

Zarbie les yeux verts

Roman de Joyce Carol Oates. L’été de ses 14 ans, Francesca, dite Franky, découvre une force nouvelle en elle. Elle lui donne le nom de Zarbie : cette puissance intérieure l’aide dans des situations critiques. Franky assiste également à l’inexorable éloignement de ses parents, entouré d’une tension et d’un danger palpables. Le père est une figure adorée autant que redoutée, dont les crises de rage sont imprévisibles et terrifiantes. Quant à la mère, elle s’isole dans un mystère qui ne sera percé que trop tard. « Elle devra... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
30 janvier 2018

Lady Oracle

Roman de Margaret Atwood. Joan Foster a été une enfant obèse, une jeune fille cherchant à échapper à sa mère, une épouse très dévouée et une auteure à succès de romans à l’eau de rose, sous un nom de plume. Depuis toujours, elle cherche à maîtriser ou transformer sa vie. En vain puisqu’elle ne satisfait jamais aux exigences des autres ni aux siennes. « Ma mère était un vortex, une sombre vacuité, jamais je ne serais capable de la rendre heureuse. Ni personne d’autre. Peut-être était-il temps que j’arrête d’essayer. » (p.... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

12 janvier 2018

Je m'appelle Lucy Barton

Roman d’Elizabeth Strout. Lucy Barton est hospitalisée pour une maladie que personne ne parvient à identifier. Loin de son époux et de ses filles, elle s’ennuie et craint de ne jamais guérir. L’arrivée de sa mère dans sa chambre d’hôpital change beaucoup de choses. Alors que les deux femmes avaient presque perdu tout contact, elles renouent une relation mère-fille et retrouvent une façon de communiquer, de se parler et de se comprendre. Peu à peu, des souvenirs refont surface : l’enfance pauvre dans l’Illinois, l’émancipation... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
10 novembre 2017

Nord et Sud

Roman d’Elizabeth Gaskell. Après des années à Londres, Margaret Hale retrouve la douceur du foyer familial dans le Hampshire. Mais son père, en proie à des doutes spirituels, décide de quitter sa charge de révérend. La famille doit alors s’installer à Milton-Northern, ville industrielle du Darkshire. Les premiers temps, Margaret ne peut s’empêcher d’opposer la beauté de la paroisse et de son écrin de nature à la noirceur de la cité ouvrière. Elle est convaincue que l’homme ne peut pas être heureux dans cette atmosphère poussiéreuse.... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 novembre 2017

Underground Railroad

Roman de Colson Whitehead. Cora accepte de suivre Caesar et de fuir la plantation Randall : leur espoir est d’atteindre le chemin de fer clandestin et de quitter la Géorgie vers un état, voire un pays où l’esclavage n’a plus cours. La bizarrerie de l’Amérique, c’est qu’ici les gens étaient des choses. » (p. 8) Cora a en tête l’exemple de Mabel, sa mère, qui a fui et n’a jamais été rattrapée par Ridgeway, l’impitoyable chasseur d’esclaves. « C’était bien contre la tombe que luttaient les fugitifs, car telle était leur... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
11 octobre 2017

Double diabolique

Roman de Joyce Carol Oates, publié sous son pseudonyme Rosamund Smith. Ancienne mannequin. Danseuse exotique. Très belle femme. Claire d’Étoile ne laisse pas les hommes indifférents. Et elle le sait. « Toujours l’espoir qu’un admirateur sérieux l’aimerait pour elle-même et désirerait l’épouser. » (p. 39) Un jour, sa naïveté vole en éclats et elle comprend qu’elle ne sera jamais qu’un jouet soumis au désir des hommes. « Les hommes sont le masque de Satan. Ils ne regrettent jamais rien. Ils sont infoutus de bander à... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]