Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

12 août 2020

Usagi Yojimbo - 9

Bande dessinée de Stan Sakai. Miyamoto Usaji croise un moine bouddhiste qui joue du shakukachi, flûte traditionnelle qui reproduit les sons de la nature. « C’est un son mélancolique, il vous hante… Mais il exprime l’esprit de notre terre. » (p. 7) Il paraît également qu’elle permet d’entendre la musique du paradis, et le pauvre moine l’apprend à ses dépens. Comme toujours le samouraï errant rend justice aux faibles et aux innocents. Il libère un village de cruels esclavagistes. Il combat toujours avec une force fine,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 août 2020

L'élégance des veuves

Roman d’Alice Ferney. Valentine et Jules. Mathilde et Henri. Gabrielle et Charles. Clotilde et Jules. Quatre couples sur plusieurs générations. Mariage, maternité, veuvage : trois états qui se succèdent systématiquement pour les femmes de cette famille, comme trois âges obligatoires. Mais ces femmes, justement, bien que meurtries dans leur corps et leur cœur, soudent le foyer, le portent à bout de bras. « Décidément ce sexe n’était pas si faible, qui traversait les tourments en gardant un calme indéfectible. » (p. 18)... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 août 2020

Insolente veggie - Une végétalienne très très méchante

Bande dessinée de Rosa B., tirée de son blog. L’autrice/dessinatrice est végétalienne depuis plus de 10 ans. Elle n’a pas de carence ni sa langue dans sa poche. Pour défendre son choix alimentaire et répondre aux questions/commentaires rarement bienveillants des carnistes, elle a pris la plume. Et, à l’instar de la viande, elle ne mâche pas ses mots. Son agressivité est hilarante, mais surtout parfaitement justifiée, parce que ses arguments sont valides et pertinents, mais qu’ils se heurtent à la bêtise et aux raisonnements... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
31 juillet 2020

Le cauchemar d'Innsmouth

Nouvelle de H. P. Lovecraft. Le narrateur raconte la nuit d’épouvante qu’il a passée à Innsmouth, alors qu’il était un jeune homme à la découverte du monde. « J’éprouve un étrange désir de dire tout bas les effroyables heures que j’ai passées dans ce lieu malfamé et malchanceux, havre de mort et de monstruosités impies. » (p. 4) Dans ce port quasi abandonné du Massachusetts, mais où la pêche est étonnamment abondante, on parle de pirates, de rites satanistes et de sacrifices odieux pour justifier la prodigalité des flots.... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 juillet 2020

Les lapins de la Couronne d'Angleterre - Le complot

Roman de Santa Montefiore et Simon Sebag Montefiore. Illustration de Kate Hindley. Timmy Poil-Fauve est un jeune lapin maigrichon et qui porte un cache-œil pour corriger sa vue. Il écoute avec admiration les histoires d’Horatio, vieux briscard tout couturé qui vit seul, loin de la garenne. Il est question des lapins de la Couronne, groupe secret de contre-espionnage et de défense qui a fait allégeance à la famille royale d’Angleterre, et ce depuis le roi Arthur ! « Sans ces braves chevaliers, les rois et les reines... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
27 juillet 2020

Anders Zorn - Le maître de la peinture suédoise

Catalogue d’exposition. Aquarelliste, portraitiste mondain, graveur et photographe, Anders Zorn a marqué son époque. Et mon esprit ! Aussi à l’aise dans les salons parisiens que dans les forêts de sa Suède, il a su capturer l’éclat particulier de Paris, saisir la beauté nouvelle des pays qu’il a visités et rendre éternels le folklore et la nature de son pays. Ce sont d’ailleurs ses toiles que je préfère, dans lesquelles je trouve le vert le plus chaud jamais vu. « Les magnifiques paysages environnant le lac Siljan, composés de... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

24 juillet 2020

Sur face

Livre de photographies de Martin d’Orgeval. Texte d’Erri de Luca. S’il ne fallait retenir qu’un mot pour définir cet album, ce serait « élégance ». Élégance soulignée par la mise en page qui n’a pas peur du vide, du grand blanc silencieux de feuilles entières. Élégance de la lumière qui déborde jusqu’à la saturation de l’objectif et, au-delà, de l’œil du spectateur. Je suis complètement charmée par la monomanie poétique que montre l’artiste pour les détails, qui va jusqu’à l’abstraction. D’une image complète, il extrait... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
22 juillet 2020

Le sport des rois

Roman de C. E. Morgan. Fils unique d’un homme tyrannique et d’une mère muette, Henry Forge grandit dans les relents racistes du Kentucky, au sein d’une propriété agricole dont il sait qu’il héritera, mais qu’il veut transformer. Finies les monotones étendues de céréales : Henry veut élever des chevaux de course. Mais dans les années 1950, un jeune homme peut encore difficilement s’opposer à l’autorité brutale du patriarche. « Les gens appellent cela un sport, mais je vais te dire une chose : ce soi-disant sport n’est... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
20 juillet 2020

Les cartes de désavœux / Les cartes de désavœux : l'album de la maturité

Recueils de cartes dessinées par Sandrine Deloffre.    Une carte de vœux, tout le monde comprend ce que c’est. Eh bien, une carte de désavœux, c’est exactement le contraire. Là, ce que vous souhaitez à votre interlocuteur, ce n’est surtout pas la santé ! C’est tout ce que vous rêvez de dire sans oser le faire. En gros, c’est offrir des fleurs carnivores ou empoisonnées, en forme de jolies couronnes (que vous aimeriez plutôt mortuaires), à Jean-René le lourd de la compta, à Belle-Maman ou au voisin dont le chien vient... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
17 juillet 2020

Oser renaître

Roman d’Agathe Vauvillé. Joséphine encaisse plutôt mal sa rupture amoureuse. Et puisqu’il lui faut trouver un nouvel appartement, elle a besoin d’un peu plus d’argent que son salaire. Elle accepte de rendre quelques services à Céleste, une vieille dame en fauteuil roulant. Très vite, l’aïeule se montre perspicace et trouve les failles de la jeune femme. « Je me demande comment tu parviens à marcher sans tomber avec un cœur si lourd. » (p. 10) Joséphine est paumée, alors autant qu’elle jette les maigres boussoles auxquelles... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]