Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

23 avril 2010

Pierre et Jean

Roman de Guy de Maupassant. Pierre et Jean Roland sont deux frères que tout oppose, le physique comme le caractère. Entre eux perdure un sentiment puissant d'amour et d'émulation. Jean, le doux, le calme, hérite un jour d'un mystérieux ami de la famille, Léon Maréchal, dont le décès bouleverse sa mère. Pierre, le violent, le jaloux, soupçonne alors un passé trouble dans lequel sa mère n'est pas aussi pure et intouchable qu'elle semble désormais l'être. Entre Pierre et Jean, le lien est rompu. Un climat de suspicion et de haine... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:04 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

21 avril 2010

Lacombe Lucien

Scénario de Louis Malle et Patrick Modiano. Seconde Guerre Mondiale. Lucien veut entrer dans la Résistance. Mais il n'a que 18 ans, et les maquisards le renvoient chez lui, refusant de s'encombrer d'un gamin. Alors, sans trop savoir comment ni pourquoi, il devient collabo et entre dans la police allemande. Rapidement aguerri, il effectue froidement les besognes les plus odieuses. Le hasard place sur son chemin France Horn, une jeune fille juive dont le père, un renommé couturier parisien, est retenu prisonnier par un autre policier... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2010

Le chef d'oeuvre inconnu

Nouvelle d'Honoré de Balzac. Le jeune Nicolas Poussin est avide de découvrir les techniques de peinture de maître Frenhofer. Introduit auprès du peintre par Porbus, il est empli d'admiration. Sa curiosité est éveillée par la mystérieuse toile que peint Frenhofer et qu'il refuse de livrer aux regards. Le maître ne parvient pas à terminer son chef d'oeuvre, La belle noiseuse, portrait de femme qu'il veut plus vrai que nature et dont il affirme qu'aucune femme de chair ne surpassera en beauté. Nicolas Poussin propose au maître de... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 07:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 avril 2010

L'entrave

Roman de Colette. Renée Néré redoute l'amour. Elle a quitté Max pour y échapper. Elle s'éloigne de May et Jean pour détourner ses yeux d'une passion qui la gêne. Mais Jean la suit. Commence entre eux un amour qui les effraie et les éloigne l'un de l'autre, un amour lourd de silence à écouter. Pour garder Jean, pour préserver le sentiment, Renée doit apprendre l'humilité et la patience. Pour sauvegarder leur amour, elle doit s'oublier et se fondre en l'homme qu'elle aime. Le combat de cette femme est bouleversant. Libre et forte... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 07:50 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
16 avril 2010

Erik Orsenna et l'Archipel des Mots

Romans d'Erik Orsenna. La grammaire est une chanson douce - Thomas et Jeanne, frère et soeur, ont perdu tous leurs mots après la fabuleuse tempête qui a submergé le bateau qui les conduisait en Amérique, vers leurs parents. Arrivés sur une île inconnue, ils sont recueillis par un vieil homme noir très souriant et son beau petit-fils, Jeanne et Thomas commencent à redécouvrir les mots, les phrases. Ils réapprennent à les aimer et à les respecter.  La richesse de la langue et le plaisir d'en user s'emparent d'eux. Les... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 14:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 avril 2010

La colonie pénitentiaire et autres récits

Nouvelles de Franz Kafka. La colonie pénitentiaire - Un visiteur se voit présenter une machine de justice complexe. L'officier responsable du dispositif est fier comme un paon. Le visiteur ne sait pas pourquoi il est là, ni qu'il est condamné, ni quelle est sa peine. Le soldat présent sur place se contente d'obéir sans réfléchir. L'officier, quant à lui, croit en cette justice aveugle et cruelle. Pour prouver son amour et sa dévotion à la machine de justice, il se soumet lui-même à son action mortelle. Premier chagrin - Un... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 15:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2010

Soie

Roman d'Alessandro Baricco. "On était en 1861. Flaubert écrivait Salammbô, l'éclairage électrique n'était encore qu'une hypothèse et Abraham Lincoln, de l'autre côté, de l'Océan, livrait une guerre dont il ne verrait pas la fin." (p. 7) Hervé Joncour, à Lavilledieu, travaille pour les sériciculteurs de la ville. La pébrine a ravagé les élevages de vers à soie de la région. Hervé Joncour embarque pour le Japon, "une île faite d'îles" (p. 19), pour acquérir à prix d'or des oeufs sains. Dans ce pays à la frontière... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 12:25 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
20 mars 2010

La Cucina

Premier roman de Lily Prior. "La 'cucina', c'est le coeur de la 'fattoria' et la toile de fond sur laquelle s'inscrit la mémoire de notre famille, les Fiore." (p. 35) Rosa est la seule fille de la famille Fiore, installée depuis des générations dans le village de Castiglione, en Sicile. Née sur la table de la cucina familiale, entre une pâte prête à lever et des filets d'anchois, Rosa fait très vite de la cuisine son lieu d'élection. Réputée pour ses talents de cuisinière infatigable, Rosa puise réconfort et force dans la préparation... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 16:46 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
18 mars 2010

La grosse

Roman de Françoise Lefèvre. Livre lu et prêté par Clara. Céline Rabouillot est garde-barrière. Mais pour tout le monde, avant tout, elle est grosse. Trop grosse. "Tu as vu la grosse?" (p. 9) Cent kilos qui dérangent. Son histoire, sa jeunesse à l'Est, son amour pour un vagabond, son enfant disparu, tout le monde s'en moque. Mais la médisance des autres ne l'atteint pas. Digne et royale, elle déborde de joie et d'amour. Elle comprend les enfants, sait se faire aimer d'eux. Elle est l'amie d'Anatolis, un vieillard malade... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 15:53 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
17 mars 2010

Tolstoï est mort

Texte de Vladimir Pozner. Au terme de son existence, Léon Tolstoï fuit son domaine d'Iasnaïa Poliana, quitte sa famille et "sa femme, surtout sa femme" (p. 24). Accompagné de sa fille Alexandra, il prend le train. Mais rattrapé par la maladie et la vieillesse, il doit faire halte en gare d'Astapovo, un bourg de cheminots, qui, pendant quelques jours, "devint la capitale de la Russie." (p. 11) Les journaux du pays entier envoient sur place des correspondants. La mort du plus grand auteur russe est suivie minute... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 12:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :