Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

21 septembre 2013

Jonathan Livingstone le goéland

Roman de Richard Bach. Illustrations de Gérard Franquin. Jonathan Livingstone n’est pas un goéland comme les autres. Pour lui, voler ne se résume pas à zigzaguer entre les bateaux pour attraper un morceau de poisson ou de pain. « Pour ce goéland-là cependant, l’important n’était pas de manger, mais de voler. » (p. 15) Jonathan veut voler toujours plus haut, toujours plus vite, toujours plus loin, mais sa passion lui vaut d’être exclu de sa communauté qui ne comprend pas que voler peut être un but en soi. « Mais la... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 09:16 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

19 septembre 2013

Blanche — Tome 1 : L’île de la solitude

Bande dessinée de Thierry Chavant. Blanche de Saint-Ange sort du couvent pour se marier. Elle devient Madame de Beau-Près et suit son époux dans son domaine, sur une île battue par les vents et la pluie. Son isolement sur ce caillou hostile s’ajoute à son infirmité : elle ne voit pas les couleurs. « Je n’entends rien aux nuances de ce monde comme disaient les bonnes sœurs dans mon dos. Le monde n’est que grisaille. » (p. 3) Blanche n’a aucune affinité avec les autres dames présentes sur l’île et s’ennuie à mourir lors... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 septembre 2013

Et les hippopotames ont bouilli vifs dans leurs piscines

Roman de William S. Burroughs et de Jack Kerouac. Will Dennison, Mike Ryko, Phillip Tourian, Ramsey Allen et un nombre incertain de femmes forment un groupe noctambule, alcoolisé et assez libre. Allant sans cesse chez les uns et les autres, toujours à l’affût de quelques dollars à gagner ou à grappiller, ils mènent une vie débridée dans le New York de 1944. Allen n’a d’yeux que pour le beau Phillip et le poursuit de ses assiduités, à tel point que le jeune homme forme le projet d’embarquer sur un bateau de la marine marchande avec... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
05 septembre 2013

Beltenebros

Roman d’Antonio Munoz Molina. « J’étais venu à Madrid pour tuer un homme que je n’avais jamais vu. » (p. 11) Le capitaine Darman est un tueur à gages à la solde d’un réseau antifranquiste qui continue d’agir 20 ans après la fin de la guerre. Envoyé un peu partout en Europe, Darman est un agent froid et efficace qui accomplit ses missions sans ciller, mais qui souhaiterait se retirer. « Je ne leur devais rien et n’avais aucune envie de leur réclamer quoi que ce soit, pas même le temps que j’avais gaspillé à... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 10:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 septembre 2013

Des pêches pour monsieur le curé

Roman de Joanne Harris. Se place après Le rocher de Montmartre, première suite de Chocolat. Il y a huit ans, nous avions laissé Vianne enceinte à Lansquenet-sous-Tannes. La voici à Paris, sur une péniche, avec Anouck, Roux et Rosette, leur fille. Un matin, elle reçoit une lettre d’Armande, sa vieille amie de Lansquenet, morte quelque temps avant son départ. Voilà, le vent a tourné et Vianne retourne à Lansquenet. Francis Reynaud, le prêtre, est toujours là, mais il a changé. Il semble plus souple, mais également sur le qui-vive.... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 07:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
02 septembre 2013

Eugénie Grandet

Roman d’Honoré de Balzac. Gravures d’Henri Monnier. Monsieur Grandet a fait fortune dans les tonneaux. Il a en plus des métairies, des vignes, des domaines et il a hérité plusieurs fois. Bref, il possède une fortune colossale et tout Saumur s’interroge sur l’étendue des biens de Maître Grandet. « Quelque Parisien parlait-il des Rothschild ou de monsieur Laffitte, les gens de Saumur demandaient s’ils étaient aussi riches que monsieur Grandet. Si le Parisien leur jetait en souriant une dédaigneuse affirmation, ils se regardaient... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

31 août 2013

Une histoire d'hommes

Bande dessinée de Zep. Franck, JB et Yvan sont partis retrouver Sandro dans sa demeure en Angleterre. Des quatre membres qui composaient le groupe Tricky Fingers, seul Sandro est devenu une rock star. Franck tient un restaurant, JB vend des surgelés et Yvan est paumé. Au cours du week-end, passé et présent se rencontrent et l’heure est alors à la tombée des masques. Près de vingt ans après la brusque interruption de l’ascension du groupe, chanteur, musiciens et parolier relisent les évènements et ouvrent les yeux, d’un commun accord,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 13:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
30 août 2013

Trilogie new-yorkaise

Romans de Paul Auster. Cité de verre Quinn est un auteur de polar de 35 ans, solitaire et sans ambition. Il écrit sous le pseudonyme de William Wilson et met en scène les aventures de Max Work. «  Alors que William Wilson restait pour lui un être abstrait, Work était devenu de plus en plus vivant. Dans cette trinité que formait désormais Quinn, Wilson avait un peu la fonction de ventriloque, Quinn servait de marionnette et Work était la voix pleine de vie qui donnait un but à l’entreprise. Même si Wilson n’était qu’une... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 06:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
28 août 2013

Jean-Bark

Texte de Philippe Claudel. En 84 pages, Philippe Claudel parle de Jean-Marc Roberts, auteur et directeur des éditions Stock pendant 15 ans. L’homme était son éditeur depuis 2001 et son meilleur ami. Son unique ami. Cette lettre à l’ami n’est pas un éloge funèbre. C’est une élégie pleine d’élégance, agrémentée de quelques coups de gueule. Jean-Marc Roberts, affectueusement surnommé Jean-Bark, aimait ses auteurs et il aimait la vie. Ce jouisseur est mort d’un cancer, emporté par les conséquences d’un vice dont il n’aurait... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 août 2013

Marche ou crève

Roman de Stephen King, publié sous le pseudonyme Richard Bachman. Ray Garraty à 16 ans. Comme 99 autres jeunes garçons, il va participer à la Longue Marche, une épreuve sportive de plusieurs jours encadrée par l’armée et qui suscite l’enthousiasme délirant de la foule. « Tout ce qui concernait la Marche tenait un peu de la légende. » (p. 12) Le principe est simple : sans jamais descendre en dessous d’une moyenne de 6,5 km/h, les participants doivent avancer sans se retourner et sans s’arrêter. Après... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 07:00 - - Commentaires [20] - Permalien [#]