Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

01 juin 2022

Si par une nuit d'hiver un voyageur

Roman d’Italo Calvino. Quatrième de couverture – Vous, lecteur, vous, lectrice, vous êtes le principal personnage de ce roman, et réjouissez-vous: c'est non seulement un des plus brillants mais aussi un des plus humoristiques qui aient été écrits dans ce quart de siècle. Vous allez vous retrouver dans ce petit monde de libraires, de professeurs, de traducteurs, de censeurs et d'ordinateurs qui s'agitent autour d'un livre. Vous allez surtout vous engager dans des aventures qui vous conduiront chaque fois au point où vous ne pourrez... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

06 mai 2022

Nevernight - 1: N'oublie jamais

Roman de Jay Kristoff. Quatrième de couverture – Dans un pays où trois soleils ne se couchent presque jamais, une tueuse débutante rejoint une école d'assassins, cherchant à se venger des forces qui ont détruit sa famille. Fille d'un traître dont la rébellion a échoué, Mia Corvere parvient de justesse à échapper à l'anéantissement des siens. Livrée à elle-même et sans amis, elle erre dans une ville construite sur les ossements d'un dieu mort, recherchée par le Sénat et les anciens camarades de son père. Elle possède un don pour... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 mai 2022

Les déracinés

Roman de Catherine Bardon. Wilhelm Rosenheck est jeune et heureux. Le début des années 30 en Autriche est une période fabuleuse pour ce journaliste. « J’aimais éperdument cette Vienne qui m’avait vu naître. J’étais fier d’appartenir à cette ville de culture, d’art, de musique et d’érudition. » (p. 20) Wil épouse la belle Almah et tous deux pensent que leur bonheur sera éternel. Mais l’Histoire suit son cours en se moquant des tourtereaux : l’Allemagne nazie projette son ombre sur Vienne et les Juifs sont en danger.... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
02 mai 2022

Les chroniques de l'érable et du cerisier, tome 1 : Le masque de No

Roman de Camille Monceaux. Ichirô a été recueilli par un maître du sabre qui vit dans des montagnes reculées. Son enfance est heureuse entre l’homme et une vieille servante. Même le dur apprentissage de la voie du sabre et l’instruction complète que lui donne son bienfaiteur sont des bonheurs. « Un sabre fait maître mille sabres. » (p. 18) Un soir, tout bascule quand des hommes tuent son maître pour s’emparer d’un sabre magnifique. Ichirô est encore un enfant, mais il jure de venger l’homme qui l’a élevé et aimé, mais... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 mars 2022

Journée particulière

Texte de Célia Houdart. Alain Fonteray, ami de l’autrice et photographe de plateau, est hanté depuis 30 ans par une rencontre avec Richard Avedon, photographe américain connu pour ses portraits de stars. L’homme lui a emprunté son appareil pour le photographier avec son ami, et Alain lui a ensuite rendu la pareille. Et les deux photographes ne se sont jamais revus. Ce qui reste de ce regard croisé, ce sont deux photographies et un souvenir persistant. À la demande d’Alain, Célia tente de reconstituer cet instant singulier. « Au... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2022

Le bouquet de saladelles

Roman de Magali. Marie-Benoîte revient dans son arrière-pays du Roussillon après quelques semaines pénibles à Carcassonne. Elle refuse d’être exhibée jusqu’à un bon parti se présente pour l’épouser. L’orpheline a un tempérament fougueux et décidé. « Je ne suis pas vilaine, vous savez. On peut très bien m’aimer pour moi-même et non pas seulement pour ma dot. » (p. 25) La révélation d’un triste secret de famille brise ses rêves de vie tranquille dans la garrigue. Elle se laisse prendre par les promesses de Daniel, architecte... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

16 février 2022

La demoiselle à coeur ouvert

Roman de Lise Charles. « Nous aurions préféré ne pas avoir à publier cette correspondance. Nous avons jugé que c’était notre devoir. » (p. 2) C’est sur cet avertissement que s’ouvre la correspondance entre Octave Milton, auteur en manque d’inspiration, et Livia Colangeli, son ancienne compagne, mais proche amie. Octave passe une année à la Villa Médicis pour écrire un texte sur son ancêtre, sous forme de correspondance électronique. Mais il passe l’essentiel de son temps à se moquer de ses co-pensionnaires et à dépeindre... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
11 février 2022

Flammes andalouses

Roman de Magali. Lolita et Josepha Chillon sont seules depuis que leurs parents ont été emprisonnés pour défendre l’honneur de leur famille. Josepha se marie rapidement et Lolita est appelée par sa tante qui vit en ville. Pour la jeune fille qui n’a connu que les montagnes et l’arrière-pays andalous, ce changement est un ravissement. Attachée au service de la marquise Feliza de Rosalba, femme infirme, aigrie et obèse, Lolita est sous le charme du maître des lieux, le beau señor Manuel, mais sans pouvoir tout à fait oublier son ami... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
15 septembre 2021

Les images profondes : De la photographie, Walker Evans et Baudelaire

Essai d’André Hirt. Quatrième de couverture - Pourquoi le poème nouveau que Baudelaire élabore dans les temps nouveaux du capitalisme prend-il la forme de la photographie ? Cela est pourtant à peine concevable puisque le poète n’avait pas de mot assez dur pour cette technique nouvelle dans laquelle il ne reconnaissait pas un art, c’est-à-dire une image issue du langage et du rêve, du pinceau et de la musique, mais de la seule « industrie » et de la matière. Mieux : de quelle manière et pourquoi ce poème se fixe-t-il comme image... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2021

J'ai tué David Bowie

Texte d’Emmanuel B. Le narrateur écrit sa confession. « Moderne Raskolnikov, j’exige le châtiment de mon crime. » (p. 2) Quel crime ? Celui annoncé dans le titre. Mais nous savons tous que le génial Bowie n’a pas été assassiné. Alors que lisons-nous ? Une autofiction, sans aucun doute. En 1983, le narrateur alors jeune garçon découvre la musique de David Bowie. « Aurais-je été fan d’un autre, étais-je né pour être fan ou ai-je été fan parce qu’il y avait David Bowie ? » (p. 62) Mais alors s’il est... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]