Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

08 septembre 2017

Station Eleven

Roman d’Emily St John Mandel. Une grippe décime la population mondiale. « Si tu es exposé au virus, tu tombes malade en quelques heures. » (p. 27) Vingt ans près le cataclysme, les rares survivants se sont regroupés en petites communautés et tentent de survivre dans un monde où l’électricité et tout le confort moderne ont disparu. « Ce qui a été perdu lors du cataclysme : presque tout, presque tous. Mais il reste encore tant de beauté : le crépuscule dans ce monde transformé, une représentation du Songe... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

06 septembre 2017

La fille du fossoyeur

Roman de Joyce Carol Oates. En 1936, la famille Schwart quitte l’Allemagne pour les États-Unis. Elle s’installe dans la vallée de Chautauqua. Le père, qui était professeur dans un lycée allemand, est contraint d’accepter un emploi de fossoyeur. Le rêve américain ne se réalise jamais pour lui et son épouse. Jacob Schwart est un père odieux, violent et mauvais, haï par tous ses enfants. « Il était un homme brisé. Un homme dont les rats avaient mangé les tripes. Mais il était aussi têtu. Retors. » (p. 87) Rebecca, la... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
04 septembre 2017

La septième fonction du langage

Roman de Laurent Binet. Le 25 février 1980, en sortant d’un repas avec François Mitterand, Roland Barthes est heurté par une camionnette. Les papiers qu’il avait sur lui disparaissent et le commissaire Jacques Bayard soupçonne rapidement une affaire plus grave qu’un simple accident de la route. Pour progresser dans les méandres du monde universitaire et mieux comprendre toutes les théories linguistiques qui se dressent sur son chemin, Bayard réquisitionne les services du jeune Simon Herzog qu’il embarque dans son enquête qui se... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 septembre 2017

Billevesée #297

Twitter est un réseau social sur lequel je passe (beaucoup) (trop) du temps. On s'y envoie des tweets, terme anglais qui signifie "pépiement" ou "gazouillis". Pas étonnant vu le logo est un petit oiseau bleu et que ce qu'on raconte sur Twitter s'envole aussi vite que le cuicui d'un zozio. Alors, billevesée ?
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
01 septembre 2017

Les frères Karamazov

Roman de Fédor Dostoievski. Fiodor Pavlovitch est un propriétaire terrien qui gaspille sa fortune en beuveries et débauches. Il n’a élevé aucun des trois fils issus de ses deux mariages et a fait de son bâtard un de ses serviteurs. L’assassinat de Fiodor par un de ses enfants est le nœud de l’intrigue : lequel a tué le père, chacun ayant des motifs profonds de ressentiment à son égard ? Et c’est encore un abandon, à toutes jambes qui plus est ! Décidément, le style de Dostoievski ne passe pas : il m’étouffe,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
30 août 2017

Carthage

Roman de Joyce Carol Oates. Dans la famille Mayfield, Juliet est la jolie fille et Cressida la fille intelligente. Cette répartition des rôles semble convenir à tout le monde. Jusqu’au jour où Cressida disparaît dans la réserve de la Nautauga. En dépit des recherches dans la forêt, on ne retrouve pas la jeune fille. Zeno, son père, refuse de croire au pire. « Une personne disparue ne peut pas être morte. Car un mort n’est pas vraiment une personne disparue, même si le corps n’a pas été découvert. » (p. 163) Hélas, des... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

28 août 2017

Moby Dick

Roman d’Herman Melville. Ismaël, le narrateur de « la noire tragédie de ce navire de mélancolie » (p. 591), est dégoûté de la société et décide de s’embarquer à bord d’un baleinier. Il est embauché sur le Péquod, dirigé par le capitaine Achab. L’objectif du navire est évidemment d’alimenter le marché de la baleine, mais le capitaine veut en réalité se venger de Moby Dick, cachalot blanc qui lui arraché la jambe « Elle a été dévorée, mâchée, broyée par le plus monstrueux cachalot qui ait jamais fait voler en éclats... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
27 août 2017

Billevesée #296

Vous connaissez Riri, Fifi et Loulou ? Mais si, voyons ! Les neveus de Donald Duck chez Disney ! Mais connaissez-vous leurs noms en version originale ? Ils s'appellent Huey, Dewey, Louie, à prononcer Ouï, Douï, Louï. Ça rime pour les trois en anglais, mais pas chez nous, dommage ! Alors, billevesée ?  
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2017

Shining, l'enfant lumière

Roman de Stephen King. « Je vous demandais si votre femme comprend bien les risques que vous courez en venant ici. » (p. 4) Ici, c’est l’hôtel Overlook dont le passé prestigieux cache bien des secrets sordides. « Tous les grands hôtels ont leurs scandales. […] De même qu’ils ont leur fantôme. » (p. 23) Jack Torrance y accepte un poste de gardien de septembre à mai, quand l’hôtel est fermé aux visiteurs. Il est chargé de l’entretien des lieux, mais surtout de la surveillance de l’antique chaudière dont il... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 août 2017

Linea Nigra

Roman de Sophie Adriansen. À paraître le 14 septembre. Nous retrouvons Stéphanie qui, dans Le syndrome de la vitre étoilée, désespérait de tomber enceinte et voyait son couple parfait avec Guillaume voler en éclats. Ici, elle est en couple depuis très peu de temps avec Luc. Miraculeux Luc. Rencontré quand il le fallait. Il est l’homme de la situation. Leur amour était inattendu : il est beau, il est légendaire. Mais très vite, la question de l’enfant refait surface. « Je le soupçonne de vouloir me féconder pour verrouiller... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :