Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

21 octobre 2012

Billevesée du dimanche #43

Restons dans les chats, voulez-vous ? Pourquoi l'argot les a-t-il surnommés les greffiers ? Pour certains la référence aux griffes est évidente. Et j'y souscris pleinement ! Pour d'autres, c'est en raison du poitrail blanc de certains chats qui rappellent le plastron que portaient les greffiers par-dessus leur robe noire. Mais clairement, mon chat manque de rigueur et d'organisation pour un quelconque travail administratif ! Joli plastron, mais quelle feignasse ! Alors, billevesée ?
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags :

18 octobre 2012

Deux officiers du roi

Roman d’Alexander Kent. Sous-titre : Une aventure de Richard Bolitho. 1774, à Plymouth. Richard Bolitho et Martyn Dancer sont deux aspirants de la marine anglaise. Ils attendent l’examen qui les confrontera à un jury d’officiers. À la clé, le précieux brevet d’officier. Les deux amis s’en tirent avec les honneurs. Richard Bolitho se voit confier la responsabilité de convoyer un nouveau navire, le Hotspur, et de le livrer à son commandant. Bolitho doit aussi surveiller les premiers pas d’Andrew Sewell, jeune aspirant... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 10:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
16 octobre 2012

Moi, Tituba sorcière...

Roman de Maryse Condé. Sous-titre : Noire de Salem. Tituba est le fruit d’un vol commis sur un bateau négrier qui faisait voile vers La Barbade. Née de la souffrance, elle grandit dans la souffrance en perdant sa mère très tôt. Et la vieille esclave qui la recueille ne la rassure pas quant à son avenir : « Tu souffriras toute ta vie. Beaucoup. Beaucoup. Mais tu survivras ! » (p. 21) Man Yaya lui apprend les plantes, les forces de la nature et toute une connaissance mystérieuse. Nantie d’un tel pouvoir et... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 10:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
14 octobre 2012

Billevesée du dimanche #42

Aujourd'hui, je vous parle de ma courge préférée, la courge butternut, également appelée Doubeurre. Sous sa forme rigolote, elle cache une chair très ferme et beaucoup plus douce que d'autres courges. Je la cuisine essentiellement en soupe. Voici ma recette. INGRÉDIENTS : - une courge butternut, ou plusieurs si vous êtes nombreux ou si, comme moi, vous aimez préparer en grande quantité et stocker ; - de l'eau ; - et c'est tout ! Je pèle la bête (faut être costaud) : oubliez l'économe, allez-y au couteau et coupez la peau après... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [26] - Permalien [#]
Tags :
12 octobre 2012

Notre agent à La Havane

Roman de Graham Greene. Jim Wormold est un citoyen anglais installé à La Havane. Son petit commerce d’aspirateurs ne génère pas beaucoup de bénéfices et ne lui permet pas de payer toutes les extravagances et les désirs de Milly, sa fille de 17 ans. Alors, quand l’agent Hawthorne lui propose de rejoindre les services secrets britanniques, Wormold voit la possibilité de gagner rapidement de l’argent. De son côté, Hawthorne est persuadé d’avoir installé un espion de premier ordre dans une zone qui commence à s’agiter, à la veille... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 11:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 octobre 2012

Son excellence Eugène Rougon

Roman d’Émile Zola. Voici Eugène Rougon que l’on avait croisé dans La Curée.  De retour à Paris, on fréquente l’Assemblée nationale et les couloirs de tous les ministères. Eugène Rougon y est tout puissant, mais il vient de donner sa démission du Conseil d’État. « J’étais résolu depuis longtemps à abandonner la haute situation que je devais à la bienveillance de l’empereur. » (p. 43) Patiemment, il attend que l’Empereur lui redonne sa faveur. En attendant, le Tout-Paris se presse chez cet homme colossal qui... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 19:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

08 octobre 2012

La faute de l'abbé Mouret

Roman d’Émile Zola. Après la mort tragique de ses parents dans La conquête de Plassans, Serge est entré au séminaire. Il est désormais l’abbé Mouret et il administre la cure des Artaud, une terre rude, presque païenne. Le jeune prêtre a pris avec lui sa jeune sœur Désirée. Elle est devenue une belle femme, mais son esprit est toujours celui d’une enfant et rien ne l’intéresse que sa basse-cour. L’abbé Mouret est un homme d’une foi ardente et d’une piété infinie qui rêve d’extase pure, dépouillée de l’avilissement des sens.... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 14:00 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :
07 octobre 2012

Billevesée du dimanche #41

Une expression m'a longtemps intriguée quand j'étais enfant : "dès potron-minet". J'étais curieusement persuadée qu'il s'agissait de mettre un chat dans un chaudron et de le faire cuire. D'où une certaine hantise quand je voyais cet adverbe de temps dans une phrase ! J'ai fini par ouvrir un dictionnaire et j'ai été bien rassurée. Voilà ce qu'en dit le Wiktionnary, qui hésite entre deux sens. La locution d’origine (1640) était dès le poitron-jacquet (dès l'aube). Elle était composée de l’ancien français poitron, du latin... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags :
04 octobre 2012

Nouvelles contemporaines - Regards sur le monde

Recueil de nouvelles de Delphine de Vigan, Timothée de Fombelle et Caroline Vermalle. Delphine de Vigan Comptes de Noël C’est l’histoire d’une petite fille très intelligente. « Je donnerais tous les livres pour être comme les autres, dans cette innocence, […] je donnerais tous les livres pour croire encore au Père Noël. » (p. 10) Oui, c’est Noël. Mais papa n’est plus là. Le style de cette nouvelle peut agacer : c’est une enfant qui parle et le trait est parfois un peu forcé. Mais c’est une jolie histoire sur un... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 20:50 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags :
03 octobre 2012

La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...

Roman de Rachel Joyce. Un matin, Harold Fry reçoit une lettre de Queenie Hennessy. Elle lui apprend qu’elle est atteinte d’un cancer incurable et le remercie pour son amitié. Harold n’a pas eu de nouvelles de Queenie depuis des années. Sur un coup de tête, il décide de lui rendre une visite. À pied. Mais Queenie est hospitalisée à plus de 800 km.  « Harold pensait à ce qu’il avait écrit à Queenie. Il n’avait pas trouvé les mots justes et il avait honte. » (p. 19) Le vieil homme espère trouver les mots en... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 15:03 - - Commentaires [23] - Permalien [#]