Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

16 octobre 2011

♪♫ Dimanche en paroles ♪♫ N° 42- Sheila

Non, je ne suis pas fan de Sheila. Je n'ai rien contre elle non plus. Mais rendons à Sheila ce qui est à Sheila. Avant Nancy Sinatra qui la chantait en anglais et avant la reprise par Tarantino en introduction de son film Kill Bill, c'est la blondinette française qui interprétait 'Bang-Bang', bande originale du film du même nom. Petite anecdote un peu honteuse : j'ai longtemps cru que c'était Françoise Hardy qui interprétait la chanson, chanteuse talentueuse s'il en est. Sheila n'est pas sans talent, mais tout de même, ce n'est pas... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 09:00 - - Commentaires [17] - Permalien [#]
Tags :

14 octobre 2011

Héliogabale ou l'anarchiste couronné

Texte d'Antonin Artaud. La légende dit qu’Héliogabale est né dans « un berceau de sperme. » C’était en 204 après J.C. à Antioche, en Syrie. Et toute son existence sera un long sacrifice de sexe et de sang. Héliogabale était un roi fou et excessif, baignant dans le stupre, la débauche et la démesure. Il a conquis Rome avec violence et est monté sur un trône de sang. Anarchiste couronné selon Artaud, le tyran, empereur de Rome, n’a de cesse de tendre vers l’unité, à sa façon. « Et Héliogabale, en tant que roi, se trouve... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 06:20 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
12 octobre 2011

En flagrant délire

Textes illustrés de John Lennon. Quatrième de couverture – Son talent pour les mots a toujours contribué au charme des Beatles. Et il ne s'est pas manifesté uniquement en chansons, car John Lennon a publié deux livres, dont le premier, En flagrant délire, est paru en 1964. Depuis son enfance, à Liverpool, Lennon a toujours eu la manie de griffonner - des poèmes, des saynètes, des parodies. Quand en pleine beatlemania, un éditeur lui propose de réunir ses écrits en un volume, il se met à rédiger et à dessiner comme il ne l'avait pas... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 12:10 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
10 octobre 2011

James Bond contre docteur No

Roman de Ian Fleming. Voilà le drame : l’agent Strangsways et son assistante Marie Trueblood sont assassinés à la Jamaïque. « La station Caraïbes ne répondrait plus. » (p. 16) À Londres, dans les bureaux des services secrets, d’aucuns s’accordent à croire que la disparition des deux agents est une fugue amoureuse. Qui envoie-t-on sur les lieux de cette affaire ? Un James Bond plus ou moins bien rafistolé après une mission russe qui a mal tournée. L’enquête à la Jamaïque, sensée être une cure de repos, a l’odeur... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 10:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
09 octobre 2011

♪♫ Dimanche en paroles ♪♫ N° 41- Nathalie Cardone

1997. Nathalie Cardone, actrice et chanteuse française, reprenait 'Hasta Siempre', l'hymne de Carlos Puebla. Je ne parle pas un mot d'espagnol, mais "Che Guevara", ça voulait tout dire pour l'adolescente que j'ai été... Voici "Comandante Che Guevara'. La primera cancion esta escrita Cuando nuestro Comandante en Jefe Leyo la carta de despedida del Che Aprendimos a quererte, Desde la historica altura, Donde el sol de tu bravura Le puso cerco a la muerte. Aqui se queda la clara, La entranable transparencia De tu querida... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 09:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :
08 octobre 2011

Écrire la Révolution : 1784-1795

Lettres de Gaston de Lévis. À paraître le 8 octobre 2011. Lu en juin. Gaston de Lévis, duc et pair de France, qui entrera à l’Académie Française en 1812, épousa Pauline d’Ennery en 1784. Les époux étaient très jeunes et furent contraints à de longues séparations entre 1784 et 1795. Pendant plus de dix ans, ils échangèrent une correspondance nourrie. S’il ne reste rien des lettres de Pauline, la postérité est riche de celles de Gaston. En quelques 300 lettres, l’homme n’a de cesse de célébrer son amour pour sa belle épouse, mais... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 05:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

06 octobre 2011

Nestor rend les armes

Roman de Clara Dupont-Monod. Nestor est énorme, mais délicat. « Il ménageait son corps lourd. Il ne lui demandait jamais d’effort superflu. Peut-être l’aimait-il quand même, cette masse de plis et de rebonds. Avec elle, Nestor se montrait charitable. » (p. 12) Nestor est une masse qui gravite sans satellite. « Mon corps m’éloigne de vous et il me tient chaud. En un mot, il m’isole. C’est un ami et un tyran. Il n’essaie pas de se rendre aimable. » (p. 22 & 23) Ses journées sont rythmées par des repas grandioses... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 10:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
04 octobre 2011

Bouquiner - Autobiobibliographie

Texte d'Annie François. « Annie François, sans diplômes, sans titres, sans tambour ni trompette, a passé trente ans de sa vie professionnelle à lire dans diverses maisons d’édition. Elle est décédée en 2009. » Cette courte biographie liminaire nous présente un état civil. Ce qui suit présente une âme. Annie François décrit en quelques 200 pages son rapport aux livres et à la lecture. Objet sacré par excellent, le livre doit être protégé, entouré de soins et chéri. « Mais brûler des livres, c’est aussi déchirant que de... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 03:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
02 octobre 2011

♪♫ Dimanche en paroles ♪♫ N° 40 - Cali

Cali, ou Bruno Caliciuri, est un auteur-compositeur-interprète français. Et Cali est sur Wiki. À l'écouter, on sait que l'amour est une sale bête et que l'espoir est un menteur. I agree ! 'C'est toujours le matin', ça fait un peu mal au bide. L'humeur du moment... C'est toujours le matin, toujours Tu me reviens, le sourire invincible C'est toujours le matin, toujours Comme un coup de poing Ton sourire est terrible Moi je suis enroulé sur moi même J'ai mal au bide Enroulé comme un tube de dentifrice vide Oui je t'ai attendu... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 09:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
01 octobre 2011

Désolations

Roman de David Vann. L’Alaska est une terre des confins, là où les hommes s’échouent ou se relancent. Pour Gary, c’est la terre des échecs. Son mariage avec Irene est en péril, mais jamais le courage ne lui est suffisant pour partir. Son envie d’ailleurs s’incarne dans un rêve vieux de trente ans : une cabane, celle qu'il aurait dû construire depuis des années. « L’idée était de bâtir une cabane à l’ancienne. Sans assise en ciment, sans permis de construire. La cabane devenue simple reflet d’un homme, à l’image de son... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 07:45 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :