Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

22 août 2008

Le désert des Tartares

Roman de Dino Buzzati. Giovanni Drogo est nouvellement sorti de l'école des officiers. Sa première affectation est au fort Bastiani, à la frontière nord du pays. Ambitieux, Drogo refuse d'enterrer sa jeunesse et sa carrière dans ce bastion reculé, face à un désert immobile. Mais les années passent, et Drogo reste. Devenu capitaine, et comme tant d'autres avant lui, Drogo attend la guerre, convaincu que l'ennemi viendra du Nord, et que le fort Bastiani sera le théâtre d'affrontements glorieux. Mais rien jamais ne se passe, sauf... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 14:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 août 2008

Un certain Monsieur Blot

Roman de Pierre Daninos. Monsieur Blot participe au concours du Français Moyen. Chacune des questions du concours est sujet à un grand déballage. M. Paul Blot raconte son existence. Actuaire dans une compagnie d'assurances, marié et père de famille, sa vie l'ennuie. Tout est trop fastidieux et répétitif pour lui. Il ne se fait aucune illusion sur rien. Vainqueur du concours et riche de 20 millions, il jette un regard acide sur la société dans laquelle il est soudainement plongé. Mondanités, fêtes, déplacements, loisirs, tout est... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 14:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2008

Le troisième homme - Première désillusion

Nouvelles de Graham Greene. Le troisième homme - Vienne, immédiat après-guerre. La ville en ruines est occupée par les puissances victorieuses du second conflit mondial. Rollo Martins est à Vienne à la demande de son ami Harry Lime. Quand il arrive en ville, on lui indique le lieu de l'enterrement de Lime. Ainsi Harry est mort. La police évoque un accident de voiture, mais les témoignages se contredisent et Rollo pressent que la mort de son ami est suspecte. Le récit est fait par l'inspecteur Calloway de la police britannique. Dans... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 14:33 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 août 2008

L'auberge de la Jamaïque

Roman de Daphné du Maurier. Après le décès de sa mère, la jeune Mary Yellan quitte Helford, son village natal, pour vivre auprès de sa tante et de l'époux de celle-ci. Au milieu des landes anglaises, elle découvre l'Auberge de la Jamaïque, dont la sinistre réputation s'étend dans tout le comté de Cornouailles. Le propriétaire des lieux, Jem Merlyn est craint dans toute la région, à commencer sous son propre toit. Son épouse, Patience, la tante de Mary, vit terrorisée par les activités criminelles de son mari. Bien qu'effrayée, Mary... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 14:16 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
22 août 2008

La bête du Gévaudan

Roman d'Abel Chevalley. Pierre-Alain Denis est un paysan du Gévaudan. Il fait le récit des agissements funestes de la Bête qui terrorise la région. Il raconte les battues, les massacres, les manigances. Sa famille est marquée par la Bête. Pierre-Alain ne propose pas de solution, il énonce simplement les faits, les allées et venues du monstre, les détachements envoyés de Paris par le Roi. Construit comme les mémoires d'un paysan du Gévaudan, le récit est intéressant. Mais il me semble qu'un paysan à cette époque ne disposait pas... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 août 2008

Le joueur d'échecs

Roman de Stefan Zweig. Sur un paquebot, le narrateur rencontre l'illustre Czentovic, champion mondial des échecs. Le personnage est antipathique et désinvolte. Mais il accepte une partie d'échecs, seul contre tous. Un inconnu renverse le jeu, et pour la première fois de sa carrière, Czentovic n'est pas vainqueur. Qui est cet homme capable de renverser le maître du jeu ? Le narrateur lui demande son histoire. Cet homme a subi les expériences d'isolation absolue des nazis, et pour se sauver de l'ennui et du silence, il s'est absorbé... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 05:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 août 2008

Mademoiselle Liberté

Roman d'Alexandre Jardin. Horace est marié, proviseur et professeur de philosophie. Sa vie n'est faite que de médiocrité calculée. Liberté Byron est jeune et passionnée. A 18 ans, elle voue son existence à la recherche et à la préparation d'un amour qui serait un chef-d'oeuvre. Horace et Liberté vont s'aimer et partir en quête de la perfection amoureuse. Mais cette perfection est exigeante: pour Liberté, ce sera un chef-d'oeuvre, sinon rien! Court et efficace. Léger, mais peut-être un peu trop tarabiscoté par moment.
Posté par Lili Galipette à 12:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 août 2008

La leçon

Pièce d'Eugène Ionesco. La jeune élève est motivée, peut-être un peu lente. Le professeur est exigeant, mais une drôle de lueur brille dans ses yeux. La bonne, Marie, tente de prévenir, d'annuler, et finalement, c'est elle qui règle tout, comme toujours. J'aime le théâtre classique, et je suis toujours très destabilisée par le théâtre contemporain. La chute de la pièce est excellente, mais par moment, j'ai décroché. Il faudrait peut-être que j'assiste à une représentation pour mieux appréhender le texte.
Posté par Lili Galipette à 20:45 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
06 août 2008

A rebours

Roman de Joris-Karl Huysmans. Des Esseintes brûle sa jeunesse en alcool, en jeux, en passions et en femmes. Très vite usé et malade, il est pris d'un immense dégoût du monde. Il acquiert une demeure à Fontenay et souhaite y finir ses jours, retiré du monde et de son agitation pernicieuse, seul parmi ses collections. Cherchant le raffinement le plus poussé, il dédaigne les oeuvres communes que le peuple plébiscite. Esthète et exigeant, il est en quête d'inédit, de fabuleux et de sublime. Mais il souffre: la névrose l'étreint, ses... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 13:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 août 2008

La fausse veuve

Roman de Florence Ben Sadoun. La narratrice raconte sa position de maîtresse, au chevet de l'homme qu'elle aime. Elle n'est personne, n'a aucun droit sur ce corps presque mort que tout le monde s'approprie: médecins, infirmières et journalistes. Seule face au drame du "locked-in syndrome", elle dit sa détresse de vivre un amour muet et sans contact. Elle se rappelle leurs souvenirs, leurs étreintes, leurs codes et leur bonheur avant l'accident. Elle refuse de ne voir en lui qu'un malade, qu'un corps branché à des... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 20:07 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :