Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

29 mai 2011

Lonesome Dove, la série

Grâce à Babelio, j'ai récemment lu Lonesome Dove de Larry McMurtry. Mon billet s'achevait sur un appel désespéré, à avoir trouver la série produite par CBS. Mon appel a été entendu !! Un grand merci à cette oreille attentive ! Robert Duvall incarne un charmant Augustus McCrae, Tommy Lee Jones est un Woodrow Call très convaincant, Danny Glover fait un Deets encore plus crédible que dans mon imagination. Seul bémol avec Anjelica Huston (Morticia de la famille Adams !) qui ne correspond pas du tout à l'image que je... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 21:21 - - Commentaires [18] - Permalien [#]
Tags :

29 mai 2011

♪♫ Dimanche en paroles n°22 ♫♪ - Berthe Sylva

Je ne connais Berthe Sylva que pour ce titre. Pas de mystère, j'ai choisi cette chanson pour la fête des mères. Parce qu'on ne leur offre jamais assez de fleurs. Alors, j'adresse ma tendresse à ma maman. Et j'envoie une bise à Asphodèle, qui saura pourquoi. C'était un gamin, un gosse de Paris, Pour famille il n'avait qu' sa mère Une pauvre fille aux grands yeux rougis, Par les chagrins et la misère Elle aimait les fleurs, les roses surtout, Et le cher bambin tous les dimanches Lui apportait de belles roses blanches, Au lieu... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 09:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
28 mai 2011

Landes, de terre et d'eaux

Album d'Alain Dubos (textes) et de Philippe Valliez (images). « Il est des pays dont la violence est maîtrisée par un décor en apparence pacifié, et que tourmentent pourtant, au hasard des colères de la nature, les catastrophes. Les Landes sont de cette famille-là, qui proposent au regard du passant les harmonies de leur paysage et, pour qui prendra le temps de regarder sous l’horizon, les décombres de leurs confrontations avec les humeurs du ciel. […] C’est cet ouvrage d’eau, de forêt, de silence et d’erratique humanité... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 07:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
27 mai 2011

L'Enfant Méduse

Roman de Sylvie Germain. Livre prêté par Liliba. Tout commence par une éclipse. La Lune oblitère le Soleil. Et dans une maison au cœur des marais, une vie bascule pour longtemps dans la nuit. Lucie Daubigné a huit ans et toute la vivacité d’une enfant libre et sans peur. Mais voilà que « les pas de l’Ogre, désormais hantent les chemins des alentours, pourtant si paisibles. » (p. 62) L’Ogre aime les petites filles, beaucoup trop. Le corps de l’une d’elles crie au monstre, « son cou portait la marque d’une strangulation,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 10:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
26 mai 2011

Nous sommes les oiseaux de la tempête qui s'annonce

Roman de Lola Lafon. « Ceci est le journal de ta mort subite. » (p. 11) Emile, la meilleure amie, la presque sœur, de la narratrice s’effondre dans un café. Reliée à des machines, le corps à 33°, Emile est morte. Son cœur s’est arrêté. Une autre machine la ramène, le cœur d’Emile repart. « Quand j’ai commencé à prendre des notes, il me semblait que tant que je t’écrivais, tu ne mourrais pas. » (p. 125) Pendant les quelques jours où Emile n’est pas, la narratrice écrit leur histoire, leur amitié fondée sur le viol,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 11:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
23 mai 2011

Sainte Lydwine de Schiedam

Hagiographie de Joris-Karl Huysmans. Sainte Lydwine de Schiedam est une martyre du XV° siècle. Dans son avant-propos, Huysmans explique sa démarche : « Je me suis servi, pour condenser cette vie, des trois textes de Gerlac, de Burgman et d’A. Kempis, complétant leurs anecdotes les unes par les autres, et j’ai rangé les évènements qu’ils retracent suivant l’ordre qui m’a semblé être, sinon le plus rigoureux, au moins le plus intéressant et le plus commode. » Tout ce qui est ici relaté a été vérifié par l’Église. Quant... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 11:15 - - Commentaires [12] - Permalien [#]

22 mai 2011

♪♫ Dimanche en paroles n°21 ♫♪ - Aqua

Qui ne se souvient pas du kitchissime groupe Aqua ? Emblème du mouvement Bubblegum Dance, il s'est taillé une réputation internationale avec le titre 'Barbie Girl'. Revenons un peu sur cette chanson. Les paroles sont un hymne au superficiel et à la société de consommation bien formatée. Mais pas que... À en croire Aqua, une femme ne peut être heureuse que comme poupée manipulée dans un univers de party ininterrompue. Mesdames les féministes, détendez-vous et reprenez donc une bouffée de second degré et de kitch en plastique, c'est... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :
21 mai 2011

Des bleus à l'âme

Roman de Françoise Sagan. Prêté par Asphodèle. « Ce n’est pas de la littérature, ce n’est pas une vraie confession, c’est quelqu’une qui tape à la machine parce qu’elle a peur d’elle-même et de la machine et des matins et des soirs, etc. Et des autres. Ce n’est pas beau la peur, c’est même honteux et je ne la connaissais pas. » (p. 6) Qui s’exprime ainsi ? Est-ce Françoise Sagan qui livre un récit personnel couplé d’un roman ? Est-ce un jeu pour perdre le lecteur ? Pour initier une relation illusoire,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 13:25 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
19 mai 2011

Les merveilleux nuages

Roman de Françoise Sagan. Prêté par Asphodèle. On retrouve ici Josée, un des personnages de Dans un mois, dans un an. Josée a épousé Alan Ash sous le coup d’une illusion. « Je te prenais pour un Américain bien tranquille. Je te l’ai dit cent fois, et je te trouvais beau. » (p. 13) Mais Alan n’est pas tranquille : maladivement jaloux, il soupçonne Josée et veut tout connaître de son passé, de ses pensées et de ses envies.  « Il ne voyait que par rapport à elle et dans un rapport si systématique de persécuteur... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 15:15 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
19 mai 2011

Dans un mois, dans un an

Roman de Françoise Sagan. Prêté par Asphodèle. « On disait des Maligrasse, avec sympathie, qu’ils aimaient la jeunesse et cette sympathie était pour une fois justifiée. Car ils l’aimaient non pour s’en distraire et lui prodiguer des conseils inutiles, mais parce qu’ils lui trouvaient plus d’intérêt que l’âge mûr. »  (p. 16) Alain et Fanny Maligrasse, la cinquantaine, donnent régulièrement des soirées mondaines où se croisent ce que Paris a à offrir d’actrices ambitieuses, d’écrivains insatisfaits et de jeunes gens qui... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 10:40 - - Commentaires [4] - Permalien [#]