Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

24 août 2020

L'enfant de la haute mer

Recueil de contes de Jules Supervielle. Dans ce livre, vous trouverez : Un enfant dans un village vide en bord de mer, La Crèche visitée et revisitée, Une noyée qui ne se sent pas morte parmi des ombres grises, Un homme défiguré condamné à la solitude, Une enfant à la voix étonnante, Un homme en son cheval (oui, « en » et pas « et »…) Un crime qui ne reste pas impuni. Il y a un parallèle évident avec les nouvelles de Michel Tournier : j’y retrouve le même enchantement et la même poésie un peu... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

21 août 2020

Le coeur converti

Roman de Stefan Hertmans. Vigdis Adélaïs, blonde Normande, s’enfuit avec David Todros, juif brun de Narbonne. Pour la prosélyte, désormais nommée Sarah/Hamoutal, l’amour est plus fort que tout. « Ici la fille chrétienne d’un Viking, Vigdis Adélaïs, devint la belle-fille séfarade du grand rabbin Todros de la France méridoniale. » (p. 118) Stefan Hertmans s’est installé à Monieux dans le Vaucluse. C’est là qu’il a découvert l’histoire de la convertie normande. De Rouen au Caire, en passant par Marseille et Palerme, il refait... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
19 août 2020

Usagi Yojimbo - 10

Bande dessinée de Stan Sakai. Le dixième album s’ouvre sur le fier Miyamoto Usagi qui se tient face au monde, les oreilles dans le vent (et il est franchement sexy !). Il croise le chemin d’un paysan kaiso, qui cultive des algues pour en faire des feuilles de nori. Au hasard de cette rencontre, le lecteur découvre une technique traditionnelle, et c’est toujours passionnant d’apprendre de cette façon. Après avoir réglé un conflit entre villages, Usagi-San reprend sa route. « Laissez-moi parcourir un bout de chemin avec vous.... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :
17 août 2020

Betty

Roman de Tiffany McDaniel. À paraître le 20 août 2020. La Petite Indienne. C’est ainsi que son père surnomme Betty Carpenter. « Tu sais pourquoi je t’appelle Petite Indienne ? […] C’est pour que tu saches que tu es déjà quelqu’un d’important. »(p. 173) Fille d’un Cherokee à la peau sombre et d’une Américaine éblouissante, Betty grandit dans les années 1960 dans l’Ohio. Petite fille pleine d’imagination, elle fait siens tous les récits fantastiques de son père et en invente de nouveaux. Parfois, quand ils parlent de sa... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
14 août 2020

Tenir jusqu'à l'aube

Roman de Carole Fives. Une mère célibataire. Un petit garçon de 2 ans. Des nuits trop courtes et des journées sans fin. « Elle croit l’avoir entendu gémir dans la chambre, elle s’immobilise sur le tapis d’éveil. Ne te réveille pas. Pas déjà. » (p. 14) La fatigue et les fins de mois difficiles s’accumulent, et la jeune mère perd pied. Sa seule respiration, ce sont les sorties clandestines qu’elle fait la nuit, quand l’enfant dort. Quelques instants volés à la tyrannie maternelle. Quelques minutes de pure liberté dans la... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 août 2020

Usagi Yojimbo - 9

Bande dessinée de Stan Sakai. Miyamoto Usaji croise un moine bouddhiste qui joue du shakukachi, flûte traditionnelle qui reproduit les sons de la nature. « C’est un son mélancolique, il vous hante… Mais il exprime l’esprit de notre terre. » (p. 7) Il paraît également qu’elle permet d’entendre la musique du paradis, et le pauvre moine l’apprend à ses dépens. Comme toujours le samouraï errant rend justice aux faibles et aux innocents. Il libère un village de cruels esclavagistes. Il combat toujours avec une force fine,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

10 août 2020

L'élégance des veuves

Roman d’Alice Ferney. Valentine et Jules. Mathilde et Henri. Gabrielle et Charles. Clotilde et Jules. Quatre couples sur plusieurs générations. Mariage, maternité, veuvage : trois états qui se succèdent systématiquement pour les femmes de cette famille, comme trois âges obligatoires. Mais ces femmes, justement, bien que meurtries dans leur corps et leur cœur, soudent le foyer, le portent à bout de bras. « Décidément ce sexe n’était pas si faible, qui traversait les tourments en gardant un calme indéfectible. » (p. 18)... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 août 2020

Oona et Salinger

Texte de Frédéric Beigbeder. En 1940, J. D. Salinger rencontre Oona O’Neill. Lui n’a encore rien publié. Elle est la fille du très célèbre dramaturge Eugene O’Neill (dont je suis tellement admirative, mais c’est un autre sujet) et gaspille son argent dans des soirées trop arrosées. Il a 21 ans, elle en a 16. Il tombe immédiatement et durablement amoureux, mais elle se lasse rapidement. Leur amour n’est jamais consommé et s’achève quand Salinger s’engage pour combattre en Europe. Arrivée sur la côte Ouest, Oona fait des débuts... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
05 août 2020

Raboliot

Roman de Maurice Genevoix. Quatrième de couverture – On l'appelle Raboliot parce qu'il ressemble à un lapin de rabouillère (nid de garennes). Braconnier passionné, hardi, sûr de lui et de son adresse, rien ne peut l'empêcher d'obéir à ce besoin de chasse nocturne qui l'empoigne chaque soir. Le gendarme Bourrel, cependant, a failli le prendre sur le fait. Excité par le danger, Raboliot multiplie les imprudences et va jusqu'à narguer ouvertement Bourrel. Dès lors, entre les deux hommes, commence une lutte sans merci. Traqué, Raboliot... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
03 août 2020

Insolente veggie - Une végétalienne très très méchante

Bande dessinée de Rosa B., tirée de son blog. L’autrice/dessinatrice est végétalienne depuis plus de 10 ans. Elle n’a pas de carence ni sa langue dans sa poche. Pour défendre son choix alimentaire et répondre aux questions/commentaires rarement bienveillants des carnistes, elle a pris la plume. Et, à l’instar de la viande, elle ne mâche pas ses mots. Son agressivité est hilarante, mais surtout parfaitement justifiée, parce que ses arguments sont valides et pertinents, mais qu’ils se heurtent à la bêtise et aux raisonnements... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :