Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

04 août 2017

Pour qui sonne le glas

Roman d’Ernest Hemingway. Venu d’Amérique, Robert Jordan s’est engagé par conviction dans la guérilla contre Franco et son armée et par amour de la République. « Tu es communiste ? / Non, je suis antifasciste. / Depuis longtemps ? / Depuis que j’ai compris le fascisme. » (p. 80) Dans le maquis, près de Ségovie, il a pour mission de dynamiter un pont pour stopper l’avancée des franquistes lors d’une attaque qui sera décisive. Pendant trois jours, il prépare son action parmi les guérilleros. Si leur chef,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

02 août 2017

Prodigieuses créatures

Roman de Tracy Chevalier. Quand Elizabeth Philpot quitte Londres en 1804, avec ses sœurs Louise et Margaret, pour s’installer à Lyme Regis, elle craint l’ennui lié à la vie dans une petite ville côtière et à sa situation de vieille fille. Mais au gré de ses promenades sur la plage et le long des falaises, elle se prend de passion pour la chasse aux fossiles. Elle rencontre Mary Anning qui, du haut de son jeune âge, est déjà experte sur le sujet. Chez les Anning, la chasse aux fossiles n’est pas un passe-temps, mais un... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
31 juillet 2017

Revenir de loin

Roman de Marie Laberge. Yolande Mailloux se réveille d’un profond coma de plusieurs jours, après un grave accident de voiture. Elle ne se souvient de rien : sa mémoire est une page blanche qu’elle n’a pas envie de noircir. « Est-ce qu’on peut profiter d’un coma pour vider un cerveau de sa substance, vider une vie de son essence et remplacer le tout part... par quoi ? Comment ça s’appelle, cette envie de rien ? » (p. 24) Mais autour de Yolande, on s’agite : médecins, famille, amis, tous veulent la... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 juillet 2017

Billevesée #292

Aujourd'hui, je vous présente un mot dont le sens actuel a un sens totalement opposé à son sens originel. Voici le verbe "tuer". Pas sympa sympa, au premier coup d'oeil, mais il n'a pas toujours été comme ça. Le verbe latin "tutari" signifie "protéger" ou "garantir de". Un sens plutôt positif, donc. En bas latin, "tutari" devient "tutare" et prend le sens de "éteindre (un feu)" ou "étouffer". On perd déjà un peu en positif, mais ça reste acceptable tant que l'action, plutôt violente, a une portée/conséquence salvatrice. En ancien... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
28 juillet 2017

Han d'Islande

Roman de Victor Hugo. Résumé trouvé sur Babelio – L'action se passe au XVIIe siècle dans un royaume scandinave que terrorise un être bestial, Han, qui vit seul avec un ours et ne se nourrit que de sang humain. Un monstre, une révolte populaire, des amours contrariées qui évoquent celles de Hugo et d'Adèle Foucher, et une prison où est enfermé un ministre innocent que délivrera un chevalier à la Dürer. Han, c'est à la fois Frankenstein et la préfiguration de Quasimodo, et le roman témoigne de la fascination qu'ont exercé sur le... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
26 juillet 2017

L'histoire de Lapin Tur

Texte de Niele Toroni. Lapin Tur est un petit lapin accommodant : il cherche toujours à plaire à tout le monde. Mais à force d’être consensuel, il finit par perdre en identité et en substance, ce qui n’est pas un gage de longévité. « Personne n’osant y toucher, depuis ce jour, Lapin Tur pend tristement au salon. Cela ne dérange pas Monsieur, mais Madame pense, vraiment, que Lapin Tur serait mieux dans l’entrée ou, à la rigueur, dans la salle à manger. » (p. 13) Tout cela vous paraît très bizarre ? Si je vous... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

24 juillet 2017

Juvenilia

Nouvelles de Jane Austen. Dans Amour et amitié, on suit les rocambolesques aventures de Laura : son mariage, son veuvage, la perte de ses parents, de ses amis, de sa fortune. « Je peux, sans être interrompue par des visites inopportunes, me complaire dans la solitude mélancolique de mes incessantes lamentations après la mort de mon père, de ma mère, de mon mari et de mon amie. » (p. 58) Tout cela vous semble tragique ? Ça le serait sous une autre plume que celle de Jane Austen. Ici, Laura et ses amies ne font... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
23 juillet 2017

Billevesée #291

Selon la liste des codes internationaux des plaques minéralogiques, la Suisse s'abrège en CH. Et sur Internet, un site suisse se termine en .ch (.fr pour la France, .uk pour l'Angleterre, vous voyez le truc). Eh ben pendant longtemps, j'ai cru qu'on désignait la Suisse par les lettres CH parce que les Suisses francophones ont un accent (pour les non Suisses qui les écoutent, évidemment !) et qu'ils prononcent Chuiche au lieu de Suisse. Voilà, j'ai un peu honte de vous avouer mes raisonnements d'enfant... Alors, billevesée ?
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [16] - Permalien [#]
Tags :
21 juillet 2017

Revival

Roman de Stephen King. Jamie Morton a 6 ans quand il rencontre le révérend Charles Jacobs. Trois ans plus tard, le pasteur quitte la ville après une terrible tragédie. Jamie le retrouve bien plus tard : alors qu’il est drogué et en très mauvaise posture, il est sauvé par l’ancien révérend reconverti en bateleur de foire. Charles Jacobs est toujours autant fasciné par l’électricité et en a fait son fonds de commerce. « L’électricité est l’une des portes que Dieu a ouvert vers l’infini. » (p. 31) Des années après,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
19 juillet 2017

Bellefleur

Roman de Joyce Carol Oates. Tout commence quand Mahalaleel, superbe chat mystérieux, pénètre chez les Bellefleur par un terrible soir d’orage et est immédiatement adopté par la grande et superbe Leah. À moins que tout commence quand Jedediah Bellefleur, des générations plus tôt, s’est retiré sur la montagne pour ne plus assister au bonheur de son frère et de sa belle épouse. Ou peut-être que tout a commencé encore quelques générations avant, quand Louis XV a exilé un Bellefleur vers la toute nouvelle Amérique. « Les Belleleur ne... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]