Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

08 juillet 2019

Barrio Flores, petite chronique des oubliés

Texte de Philipe Claudel. Photographies de Jean-Michel Marchetti. Ces deux-là ont déjà collaboré autour du Café de l’Excelsior. Le Barrio Flores, c’est un quartier de Buenos Aires. C’est aussi l’image vivante de la pauvreté, mais les habitants sont des pauvres à la crasse glorieuse, à la fatigue sublime. « Nous vivions au fond d’une petite ruelle du Barrio, sous du fer ondulé et de grands cartons d’affiches déchirés que nous cousions ensemble avec du fil de pêche trouvé près du port, à même la terre moins battue que nous. Les... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

05 juillet 2019

Sauvage

Roman de Jamey Bradbury. « On ne peut pas fuir la sauvagerie qu’on a en soi. » (p. 256) À 17 ans, Tracey n’aime rien tant que courir dans la forêt, vivre de sa chasse et faire du traîneau avec ses chiens. Depuis la mort de sa mère, elle s’isole de plus en plus sur la piste damée, parfaitement immergée et intégrée dans la nature glaciale de l’Alaska. Contre l’avis de son père, elle se prépare à l’Iditarod, une course en solitaire de 1 500 km. Hélas, tout change quand Tracy fait couler le sang d’un homme :... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
03 juillet 2019

Lapingouin - Qui veut jouer avec Lapingouin ?

Album de Carole-Anne Bopisseau et Galaxie Vujanic (texte) et Masami Mizusawa (illustration). Lapingouin est au parc avec Tortuchon et Chérisson. Ils jouent dans le bac à sable, mais voilà qu’une dispute éclate autour du château. Il faut vite se réconcilier pour pouvoir recommencer à jouer ensemble. Hélas, il y a d’autres sujets de désaccord. Ce serait pourtant dommage qu’une après-midi entre copains se termine mal ! « Heureusement que t’étais là Chérisson, murmure Tortuchon soulagé. / Tes pics piquent, mais ils sont bien... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :
01 juillet 2019

Les petites mécaniques

Nouvelles de Philippe Claudel. Dans ce recueil, dont le titre est emprunté à Blaise Pascal, vous trouverez : Des morts inexpliquées, Un brigand qui fait le récit de sa vie et de ses méfaits, La rencontre d’un voleur avec la mort, Un peuple qui tue des poètes, Une femme qui cherche à retrouver l’émotion folle ressentie dans un rêve, Un vagabond qui nourrit le doux souvenir de son étreinte avec une servante rousse, Un marchand qui part chercher Rimbaud jusqu’à se perdre lui-même, Des auteurs malmenés, Un mot dont le... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
28 juin 2019

Célébrations

Recueil de textes de Michel Tournier. « À travers leur apparente disparité, ces quatre-vingt-cinq texticules ont en commun une certaine vision du monde. » (p. 9) On y croise Mozart qui s’entretient avec Casanova, Goethe et Bach ou encore Germaine de Staël. On y traverse le calme jardin du presbytère où vivait l’auteur. On visite Prague et Weimar. On suit l’auteur dans ses voyages et ses lieux d’habitation. On salue Noé, Jésus, Paul et les rois mages. On écoute Michel Tournier parler de ses amis disparus, auteurs, acteurs,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
26 juin 2019

Lapingouin - Même pas peur des monstres

Album de Carole-Anne Bopisseau et Galaxie Vujanic (texte) et Masami Mizusawa (illustration). C’est le carnaval dans l’école de Lapingouin : il faut le plus chouette des costumes au petit bonhomme et Malapin a promis de lui coudre celui qu’il voudra. Lapingouin décide qu’il sera un monstre. Mais lequel ? Sera-t-il baveux, immense, enflammé ? Il y pense pendant des heures, et même la nuit. Au point de rêver de monstres. « Mais où sont tes copaingouins ? […] / J’en ai pas ! J’leur fais trop peur. […] / Si... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 juin 2019

Un poisson sur la Lune

Roman de David Vann. Jim Vann revient d’Alaska pour passer du temps dans sa famille. Dans son sac, un 44 Magnum et une boîte de munitions. « Il devrait se montrer moins attaché au revolver, y penser moins. » (p. 10) Depuis des années, Jim est gravement dépressif et suicidaire. En finir avec l’existence est devenu son obsession. Il n’entend pas les encouragements de son frère et de ses parents et même l’amour fou qu’il éprouve pour ses enfants, David et Cheryl, ne suffit pas à le convaincre de tenir le coup. « Le plus... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 juin 2019

Dahlia noir et rose blanche

Recueil de nouvelles de Joyce Carol Oates. Dans cette compilation de textes publiés dans différents magazines et revues, vous trouverez : Elizabeth Short et Norma Jeane Baker qui partagent une chambre dans un hôtel miteux ; Une enfant qui se débrouille sans sa mère ; Une enfant au corps couvert de bleus ; Une remise de diplôme qui pourrait tourner à l’aigre ; Un portefeuille perdu dans un train ; Un oiseau piégé dans un aéroport ; Un couple qui voyage en Italie ; Des hyènes... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 juin 2019

Usagi Yojimbo - 4

Bande dessinée de Stan Sakai. Miyamoto Usagi recroise le chemin de la valeureuse Tomoe, de Gen l’opportuniste, du farouche cochon aveugle et des ninjas nekos. Tous doivent s’allier pour déjouer le complot du seigneur Tamakuro envers le shogun et mettre de côté leurs rancœurs personnelles. « Nous autres ninjas sommes aussi des gens d’honneur. Nous avons notre propre code, tout comme vous avez le code guerrier, le bushido. » (p. 97) Il s’agit d’éviter une guerre civile et de préserver l’équilibre des forces entre les... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
17 juin 2019

Elle se fit élever un palais...

Poème de Paul Éluard. Illustrations : bois gravés de Serge Rezvani. « Elle se fit élever un palais qui ressemblait à un étang dans une forêt, car toutes les apparences réglées de la lumière étaient enfouies dans des miroirs, et le trésor diaphane de sa vertu reposait au fond des ors et des émeraudes, comme un scarabée. » Ce poème aux accents mythiques, voire mythologiques, est une folie amoureuse, sensuelle et même érotique. Sublimé par les portraits de femmes quelque peu callipyges et terriblement énigmatiques... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]