Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

03 septembre 2021

Manifeste pour un vin inclusif

Texte de Sandrine Goeyvaerts. « Les mots du vin, véhiculés de bouche en bouche sans être vraiment remis en question depuis presque toujours, reflètent une pensée dominante, celle de l’homme blanc, bourgeois, valide et hétérosexuel. » (p. 6) Mesdames, si chez vous, c’est toujours Papa qui ouvre les bouteilles ou votre compagnon qui reçoit la carte des vins au restaurant, vous comprendrez sans mal la démonstration de l’autrice. Le mondovino et le langage qu’il utilise sont sexistes, racistes, classistes, misogynes et... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 septembre 2021

Les monologues du vagin

Pièce de théâtre d’Eve Ensler. Eve Ensler a écouté plus de 200 femmes. Son texte a été joué des milliers de fois, par elle et par d’autres. L’édition que j’ai lue a été remaniée alors que Donald Trump était à la tête des États-Unis : autant dire qu’il était toujours cruellement d’actualité. « Aujourd’hui, vingt ans après, je ne souhaiterais rien d’autre que de pouvoir dire que les féministes antiracistes radicales ont gagné. Mais le patriarcat, tout comme le suprémacisme blanc, est un virus récurrent. Il est en sommeil dans... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 août 2021

La commode aux tiroirs de couleurs

Roman d’Olivia Ruiz. La narratrice a récemment hérité de sa grand-mère Rita – son abuela – une commode aux tiroirs verrouillés. Dans ce meuble plein de trésors minuscules et sur lequel elle a projeté tant de fantasmes, la jeune femme espère trouver des réponses à une histoire familiale lacunaire. « Après tant d’années d’impatience domptée, je vais savoir pourquoi elle s’emballait à ce point pour cacher le secret que refermaient ces dix tiroirs. Ma grand-mère les nommait ses referme-mémoire. » (p. 7) Née dans une famille... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
27 août 2021

Usagi Yojimbo - 19

Bande dessinée de Stan Sakai. Jotaro a disparu ! Le samouraï errant cherche le fils de son amie d’enfance, Mariko. En le retrouvant, il recroise la route du bouc assassin solitaire et de son fils. Comme toujours, il se porte au secours des plus faibles et des innocents, mettant ses lames au service de ceux qui en sont dignes, moins par le rang que par le cœur. Alors qu’il s’efforce de respecter scrupuleusement le code d’honneur des samouraïs, Miyamoto Usagi est en proie à un déchirant dilemme. Doit-il avouer à Jotaro qu’il est... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
25 août 2021

Usagi Yojimbo - 18

Bande dessinée de Stan Sakai. Miyamoto Usagi chemine avec Jotaro, le jeune fils de son amie d’enfance. L’enfant est apprenti samouraï après du maître Katsuichi et aussi impétueux que l’était celui qu’il appelle son oncle. « Ça sert à quoi d’être un excellent épéiste si tu ne te bats pas ? / Si tu es excellent, tu n’as pas besoin de te battre. » (p. 8) Le ronin et le garçon croisent Chizu, l’ancienne cheffe des ninjas neko, désormais traquée par son clan, mais aussi la rusée Kitsune et sa petite apprentie. Les ennuis... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
23 août 2021

Vingt-cinq photographies de Chris Marker

Texte de Jacques Sicard. « C’est tout un art, aujourd’hui presque clandestin, que la décréation du monde. » L’auteur présente 25 photogrammes tirés du film Si j’avais quatre dromadaires réalisé par Chris Marker. Nous ne voyons pas ces images. Nous n’avons que le texte, ce que l’auteur voit, ce qu’il imagine derrière les figurants et les objets, et les réflexions qu’il projette au-delà du visuel. « La photographie est innocente. L’appareil de prise de vue n’est de plus qu’un monocle que la coquetterie manipule, c’est... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 août 2021

Usagi Yojimbo - 17

Bande dessinée de Stan Sakai. L’automne arrive. Le ronin Usagi est attendu au temple de Kitanogi pour assister au duel qui oppose son ancien maître, le valeureux Katsuichi, et Nakamura Koji, un guerrier qui vit uniquement selon les principes du bushido, le code des samouraïs. Le second a provoqué le premier pour déterminer lequel d’entre eux est le meilleur combattant, car ainsi le veut le bushido. Mais avant d’observer ce sinistre rendez-vous, Miyamoto Usagi aide le samouraï Koyama à venger son père, toujours dans le respect du... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 août 2021

Usagi Yojimbo - 16

Bande dessinée de Stan Sakai. L’épée mythique de la déesse du soleil est enfin à l’abri. Miyamoto Usagi reprend son chemin. Il est attendu au temple de Kitanoji pour assister au duel que son ancien sensei doit relever. Mais les routes du Japon féodal sont loin d’offrir uniquement de tranquilles excursions. Aux côtés du brave – mais bougon – Gen, le lapin ronin offre ses services à un village déchiré par les affrontements de deux clans rivaux. « Oh non ! Ce regard, je le connais ! Tu vas encore intervenir, pas... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 août 2021

Écrits sur l'art (1867-1905)

Compilation de textes de Joris-Karl Huysmans. Outre ses romans et nouvelles, Joris-Karl Huysmans a été un prolifique auteur de critiques artistiques, principalement autour de la peinture. « Nature morte, cela veut parfois dire nature vivante. Jamais terme plus impropre à désigner un genre de peinture ne fut aussi volontiers admis. » (p. 52) De la simple page au livret complet détaillant toute la production accrochée dans un salon, il a couvert les expositions et les galeries pendant plusieurs décennies, avec toujours le mot... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
13 août 2021

Sur les ossements des morts

Roman d’Olga Tokarczuk. Janina Doucheyko vit dans une région de la Pologne désertée par les touristes pendant l’hiver. Elle veille sur les maisons fermées et occupe ses longues soirées à traduire William Blake avec un ami et à établir des horoscopes. « C’est à la tombée du jour que se produisent les choses les plus intéressantes, car alors les différences s’estompent. Je pourrais très bien vivre dans un crépuscule sans fin. » (p. 54) Des morts très violentes à proximité brisent soudain la tranquillité de ce village engourdi... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]