Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

26 janvier 2016

L'extraordinaire voyage de Sabrina

Roman de P. L. Travers. Illustrations de Gertrude Hermes. Sabrina Lind a onze ans quand elle doit quitter sa maison et ses parents avec son jeune frère James. La guerre qui ravage l’Europe se rapproche en effet de l’Angleterre et il est plus sûr pour les enfants de rejoindre l’Amérique. « Cet été-là n’était pas un été comme les autres, c’était un adieu. » (p. 17) Sur le bateau qui les emmène, les enfants doivent composer entre leur tristesse de quitter leur foyer et l’excitation d’un voyage aux mille promesses.... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags :

25 janvier 2016

Le livre de la jongle

Livre de Stéphane de Groodt. Illustrations de Raphaël Cruyt. L’auteur propose des définitions fort à propos et parfaitement loufoques d’expressions françaises auxquelles on ne prête plus vraiment attention. En leur donnant un nouveau sens, Stéphane de Groodt les dépoussière et dérouille nos zygomatiques. Je vous mets au défi de ne pas éclater de rire. Voilà des textes qui se lisent et qui s’écoutent : ici, la lecture à voix haute s’impose. Même dans le métro, mais gare au fou rire ! Avec son humour piquant et primesautier,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
24 janvier 2016

Billevesée #213

Le champagne, on le sabre ou on le sable ? Personnellement, c'est une chose dont je me moque puisque je n'aime pas du touuuuut ça ! Mais voilà, comme je vous sais alcooliques amateurs de bonnes choses, je vais mettre ça au clair. On peut sabler ou sabrer le champagne. Oui, inutile de vous écharper, les deux sont possibles. Mais le sens n'est pas le même. On le sabre quand on l'ouvre avec un sabre. Voilà qui paraît logique. On le sable quand on l'ouvre d'un seul coup. C'est clair pour tout le monde ? On n'en parle plus, donc. ... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
22 janvier 2016

Sons of Anarchy

Roman graphique de Christopher Golden (scénario) et Damien Couceiro (dessin). Pour SAMCRO, le Sons of Anarchy Motorcycle Club Redwood Original, la loyauté est une valeur fondamentale. Cette bande de bikers trempe certes dans des affaires illégales, mais son code d’honneur est inébranlable. « Vous autres, vous avez ce sens tordu de la noblesse, mais vous avez du sang sur les mains. » Quand Kendra Kozik, la fille d’un membre décédé du club, vient solliciter l’aide de SAMCRO pour échapper à un producteur de films pornos aux... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
20 janvier 2016

Princesse Cépagrave

Album de Betty Séré de Rivières. Illustrations de Philippe Wolff. Princesse Cépagrave est tombée par hasard sur notre planète. Elle rencontre Ugo l’escargot qui a honte de ses lunettes, Latulu la tortue qui n’aime pas sa bibliocarapace, Sasha le chat un peu trop gros ou encore Zazouille la grenouille qui confond les lettres. Princesse Cépagrave a besoin de chacun d’eux pour monter un beau spectacle, mais avant tout, il faut retenir trois règles : « Première règle : acceptez vos différences, vous isoler n’est pas la... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
18 janvier 2016

La carotte aux étoiles

Bande dessinée de Régis Lejonc. Dessin de Riff Reb’s. D’après une histoire de Thierry Murat. Il était une fois un lapin savant, un peu génie fou, qui rêvait d’inventer une carotte peu ordinaire. Après des nuits de travail, il arrive enfin au résultat qu’il espérait et sa carotte est magnifique : elle produit des étoiles. Tout de suite, c’est le succès. Tout le monde lui fait des promesses et lui soumet des projets. « Et dans ces cas-là, lapin ou pas, on y croit. » (p. 14) Hélas, son invention lui échappe et... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

17 janvier 2016

Billevesée #212

Une deadline, en bon franglais, c'est une date limite qu'il ne faut pas dépasser pour terminer un travail. Revenons à l'origine de ce mot, voulez-vous ? Et si vous ne voulez pas, c'esrt pareil, c'est moi qui décide. La deadline, dans les prisons anglaises, c'est la ligne qu'un prisonnier ne devait pas franchir sous peine de mort. La mort, OK ? Alors, amis français, quand vous avez peur de ne pas terminer un truc à temps, utiliser plutôt le joli mot français d'échéance, ça sonne moins fatal ! Alors, billevesée ?
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
Tags :
15 janvier 2016

Victor Hugo vient de mourir

Roman de Judith Perrignon. Victor Hugo se meurt et Paris s’émeut. Comment ? Le poète n’était pas immortel ? Le 22 mai 1885, Victor Hugo n’est plus et Paris pleure. Les autorités craignent un soulèvement du peuple qui a pris le deuil de son héros. La Commune n’est pas si loin et les esprits sont prompts à s’échauffer. « Tout signe de tristesse est normal et suspect. La peine peut tourner à l’émeute. Surveiller la couleur du drapeau, qu’il ne vire pas au rouge. » (p. 38) En haut lieu, on ne met pas... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
13 janvier 2016

La folle rencontre de Flora et Max

Roman de Martin Page et de Coline Pierré. Flora est en prison pour six mois, condamnée pour avoir violemment frappé la camarade qui la harcelait. « Tu vas peut-être trouver ça choquant, mais Émeline mérite ce qui lui est arrivé. La violence venait d’elle, simplement elle était moins spectaculaire. Elle n’était pas physique. » (p. 30) Max ne peut plus sortir de chez lui, terrifié par le monde et les autres. « J’ai choisi de m’enfermer chez moi, dans ma propre maison. Pourtant, je n’ai pas commis de crime. »... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
11 janvier 2016

Au-delà du mal

Roman de Shane Stevens. Thomas Bishop n’a pas commencé son existence sous de bons augures. Sa mère a été violée par Caryl Chessman, le tueur en série exécuté en 1960. Nourrissant une farouche haine des hommes, elle a élevé son fils dans une mythologie familiale violente. « Souvent, le soir, elle racontait à son enfant l’histoire de ses deux pères, l’un violeur et l’autre braqueur. Elle le ridiculisait, elle se moquait de lui, elle déversait toute sa haine sur lui. Un jour, elle revint à la maison avec une lanière de cuir... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]