Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

14 août 2017

Mon père, ma mère et Sheila

Roman d’Éric Romand. À paraître. Éric a grandi dans une famille française moyenne. Ses parents se disputent et les beaux-parents ne se rencontrent pas. Toute la famille passe des vacances au camping. Éric a une idole : Sheila, si éblouissante dans ses robes lamées ou ses minishorts. « Bien que déçu par la dégoulinante coiffe de roses en tissu qu’avait choisie Sheila pour son mariage, je la trouvais toujours aussi belle. Son époux était inexistant à mes yeux. Que Sheila se marie me faisait un peu chier. » (p. 55... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

13 août 2017

Billevesée #294

Il faut travailler pour vivre et non vivre pour travailler. Il paraît. (Bref, ne parlons pas boulot, ça va m'énerver) Quoi qu'il en soit, pour trouver du travail, il y a une chose bien utile. Je n'ai pas dit indispensable, j'ai dit utile. C'est le curriculum vitae, souvent abrégé en curriculum ou en CV. Cette abréviation est d'autant plus cocasse que "curriculum vitae" signifie "déroulement de la vie". Donc, le CV, ça se déroule, ça ne se contracte pas ! Alors, billevesée ?
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
11 août 2017

L'innocence

Roman de Tracy Chevalier. En 1792, la famille Kellaway quitte son petit village du Dorset pour s’installer à Londres. Le père, Thomas, a accepté l’invitation de Philip Astley, patron de cirque, et espère pouvoir développer sa menuiserie dans la capitale. Anne, son épouse, espère échapper à un douloureux souvenir tandis que Jem et Maisie, les enfants du couple, sont ébahis devant l’immensité de la ville. La jeune Maggie Butterfield leur sert de guide et les deux adolescents perdent peu à peu leur innocence de campagnards et d’enfants.... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
09 août 2017

La piste du crime

Roman de Wilkie Collins. « Ils en ont fini avec les objections. Ils se sont souvenus enfin que j’étais majeure, et que je pouvais choisir mon mari moi-même. Mais ils ont insisté pour me faire renoncer à vous, Eustache. » (p. 15) Après des fiançailles très rapides, Valéria a tenu tête à son entourage et a épousé Eustache Woodville, l’élu de son cœur. Mais après quelques jours de mariage, elle découvre que le passé de son époux est chargé d’un terrible secret. Mais personne, et Eustache le premier, n’accepte de lui... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
07 août 2017

Pierre de Lune

Roman de Wilkie Collins. En Inde, il existe un diamant jaune d’une grande valeur. À la fois sacrée et maudite, cette Pierre de Lune est gardée par des prêtres de Vishnou depuis des siècles. En 1799, John Herncastle dérobe le joyau et le rapporte en Angleterre. Cinquante ans plus tard, il l’offre à sa nièce, Rachel Verinder, pour son anniversaire. Mais à peine offert, le trésor disparaît mystérieusement. S’ensuit une longue enquête pleine de rebondissements, d’aveux et de scandales. Qui a volé le diamant ? Rosanna, la servante... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
06 août 2017

Billevesée #293

Saviez-vous que certains arbres sont des grands timides ? C'est pour cela qu'en forêt leurs cimes ne se touchent pas et qu'il reste un espace entre elles. Je vous laisse lire cet article pour plus d'informations sérieuses. Un extrait pour vous mettre en appétit. "Quelques espèces d’arbres souffrent de timidité pour des raisons encore incomprises et laissent quelques dizaines de centimètres de vide appelés fentes de timidité pour se séparer de leurs voisins et ne pas laisser leurs branches se mélanger." Alors, billevesée ?
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :

04 août 2017

Pour qui sonne le glas

Roman d’Ernest Hemingway. Venu d’Amérique, Robert Jordan s’est engagé par conviction dans la guérilla contre Franco et son armée et par amour de la République. « Tu es communiste ? / Non, je suis antifasciste. / Depuis longtemps ? / Depuis que j’ai compris le fascisme. » (p. 80) Dans le maquis, près de Ségovie, il a pour mission de dynamiter un pont pour stopper l’avancée des franquistes lors d’une attaque qui sera décisive. Pendant trois jours, il prépare son action parmi les guérilleros. Si leur chef,... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
02 août 2017

Prodigieuses créatures

Roman de Tracy Chevalier. Quand Elizabeth Philpot quitte Londres en 1804, avec ses sœurs Louise et Margaret, pour s’installer à Lyme Regis, elle craint l’ennui lié à la vie dans une petite ville côtière et à sa situation de vieille fille. Mais au gré de ses promenades sur la plage et le long des falaises, elle se prend de passion pour la chasse aux fossiles. Elle rencontre Mary Anning qui, du haut de son jeune âge, est déjà experte sur le sujet. Chez les Anning, la chasse aux fossiles n’est pas un passe-temps, mais un... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
31 juillet 2017

Revenir de loin

Roman de Marie Laberge. Yolande Mailloux se réveille d’un profond coma de plusieurs jours, après un grave accident de voiture. Elle ne se souvient de rien : sa mémoire est une page blanche qu’elle n’a pas envie de noircir. « Est-ce qu’on peut profiter d’un coma pour vider un cerveau de sa substance, vider une vie de son essence et remplacer le tout part... par quoi ? Comment ça s’appelle, cette envie de rien ? » (p. 24) Mais autour de Yolande, on s’agite : médecins, famille, amis, tous veulent la... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
30 juillet 2017

Billevesée #292

Aujourd'hui, je vous présente un mot dont le sens actuel a un sens totalement opposé à son sens originel. Voici le verbe "tuer". Pas sympa sympa, au premier coup d'oeil, mais il n'a pas toujours été comme ça. Le verbe latin "tutari" signifie "protéger" ou "garantir de". Un sens plutôt positif, donc. En bas latin, "tutari" devient "tutare" et prend le sens de "éteindre (un feu)" ou "étouffer". On perd déjà un peu en positif, mais ça reste acceptable tant que l'action, plutôt violente, a une portée/conséquence salvatrice. En ancien... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags :