Des galipettes entre les lignes

Chroniques littéraires.

27 septembre 2021

Diane

Pièce de Fabrice Melquiot. Diane Arbus se réveille sur scène. Sait-elle qu’elle est morte ? Rien n’est certain. Pour l’accompagner dans le récit de son existence, elle convoque des proches, et c’est toute sa vie qui se déroule face à la salle. Elle raconte sa rencontre avec son futur mari et avec la photographie, les célébrités qu’elle a photographiées. « La plupart des gens ont besoin qu’on leur accorde un peu d’attention. Braquer l’appareil photo sur quelqu’un, c’est comme lui dire : tu vois, moi je fais attention à... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

24 septembre 2021

Les années heureuses

Journal de Cecil Beaton. Quatrième de couverture – En 1944, le célèbre photographe de mode et portraitiste Cecil Beaton est envoyé à Paris par le Ministère de l’Information, à l’occasion d’une exposition de photographies de guerre montrant les ravages du « blitz ». Pendant son séjour parisien, il renoue avec Picasso et fréquente tout un cercle de personnalités du monde de l’art comme André Gide, Jean Cocteau et Gertrude Stein. La guerre terminée, Beaton devient designer et travaille pour le cinéma. En 1946, il s’envole pour New York... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
20 septembre 2021

L'image et le monde

Essai de Raymond Depardon. Avant-propos de François Soulages. Quatrième de couverture – Le 23 avril 2003, Raymond Depardon présentait librement, pour les membres du Collège iconique de l’INA, les fils entremêlés de son enfance, de son « errance » et de son œuvre. Le présent ouvrage reproduit cette parole vive qui, aux questions posées, répond par des souvenirs qui sont autant de problèmes à travailler. « Depardon crée des images fortes », analyse dans sa préface François Soulages, qui présida la séance : fortes... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
07 janvier 2013

Le prix Océans

En juin, j'apprenais que j'étais sélectionnée pour faire partie du jury du prix Océans. C'est avec un immense plaisir et une très grande curiosité que j'ai lu les 12 romans en compétition. À la fin de l'été, les autres jurés et moi avons sélectionné trois finalistes. Cliquez sur les titres pour retrouver mes critiques. Rêves oubliés, Leonor de Recondo Notre Dame du Nil, Scholastique Mukasonga Le glacis, Monique Rivet Samedi, nous nous sommes réunis au café Le Sélect pour délibérer et choisir enfin le lauréat de la première... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 12:00 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
Tags : ,
14 décembre 2012

Certaines n'avaient jamais vu la mer

Roman de Julie Otsuka. Au début du 20e siècle, des Japonaises quittent leur pays pour rejoindre leurs fiancés en Amérique. Elles ne connaissent de ces hommes que des photos et quelques lettres. Toutes espèrent trouver une vie meilleure auprès d’époux qui ont réussi sur le nouveau continent. « Sur le bateau, nous étions dans l’ensemble des jeunes filles accomplies, persuadées que nous ferions de bonnes épouses. »(p. 14) Après une éprouvante traversée, les fiancées découvrent leur promis. Au terme de la première... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 08:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
Tags : ,
12 décembre 2012

Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire

Roman de Jonas Jonasson. Le jour de ses 100 ans, Allan Karlsson décide de ne pas assister à la fête d’anniversaire organisée par la maison de retraite. Chaussé de ses pantoufles, il enjambe la fenêtre de sa chambre et prend la tangente. « Quand la vie joue les prolongations, il faut bien s’autoriser quelques caprices. » (p. 18) Commence alors un improbable voyage à travers la Suède. Le centenaire sera poursuivi par les autorités locales, la police et un gang de voyous pas vraiment malins. Allan a aussi le don de... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 06:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,

10 décembre 2012

Lira bien qui lira le dernier - Lettre libertine sur la lecture

Lettre d’Hubert Nyssen. Dans une longue lettre, Hubert Nyssen, fondateur des éditions Actes Sud, répond aux questions de Mademoiselle Esperluette. Le livre, la lecture et l’écriture sont au cœur de ses réflexions. « C’est pourquoi il me paraît urgent de vous rappeler que livre et lecture sont en quelque sorte les amants rivaux d’une belle capricieuse qui se nomme écriture. » (p. 31) Il commence par s’interroger sur ce qui fait la valeur d’un livre, à savoir prophétiser sur sa gloire éternelle ou jouir du bonheur immédiat... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 07:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
24 novembre 2012

Suite française

Roman d’Irène Nemirovsky. Juin 1940 : les Parisiens fuient en masse la capitale bombardée par les Allemands. Il y a la famille Péricand, l’écrivain Gabriel Corte et sa maîtresse Florence, Jeanne et Maurice Michaud et bien d’autres qui s’élancent vers les provinces. « Ainsi, pendant un naufrage, toutes les classes se retrouvent sur le pont. » (p. 40) Quitter Paris, quitter sa vie, c’est éreintant : que faut-il prendre ? Les objets de première nécessité ou plutôt les souvenirs ? Ou plutôt les valeurs et... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 12:00 - - Commentaires [14] - Permalien [#]
Tags : ,
23 novembre 2012

Le boulevard périphérique

Roman d’Henry Bauchau. Le narrateur visite quotidiennement sa belle-fille, Paule, atteinte d’un cancer qui semble impossible à vaincre. Il emprunte chaque jour le boulevard périphérique en voiture ou enchaîne les correspondances de RER, de métro et de bus. « Je vois une longue suite de jours où j’emprunterai le boulevard périphérique ou le métro et toutes les stations qui vont jusqu’au Fort d’Aubervilliers. » (p. 68) Ce voyage sans cesse recommencé constitue une boucle infernale dont le narrateur ne peut et ne veut... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,
19 novembre 2012

Entre ciel et terre

Roman de Jon Kalman Stefansson. Précision : l’orthographe des noms et des lieux n’est pas celle du livre, mais je n’ai pas les caractères nécessaires pour les transcrire exactement. Pour s’être mis en tête de retenir quelques vers du Paradis perdu de Milton, le pêcheur Bardur a oublié sa vareuse. En pleine mer, par un matin de tempête glaciale, cet oubli est fatal et Bardur meurt de froid sous le banc de la barque de pêche. « Un homme sans vareuse se retrouve ruisselant en un temps infime, le froid s’empare de lui comme un... [Lire la suite]
Posté par Lili Galipette à 07:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
Tags : ,